Accueil / Réflexions / La bouffe douteuse est sur le point d’être dénoncée

La bouffe douteuse est sur le point d’être dénoncée

Les notes d’hygiène de la chaîne alimentaire, restaurants, supermarchés, abattoirs, cantines et autres, faisant l’objet de contrôles sanitaires effectués par les services de l’Etat sont accessibles à tous, depuis lundi dernier, le 3 avril, sur le site Internet Alim Confiance.

Quatre niveaux de notes sont attribués sur des étiquettes bleues ornées de smileys blancs : « Très satisfaisants, Satisfaisant, A améliorer et A améliorer d’urgence ».

Seul ce dernier induit un risque pour la santé publique et nécessite une fermeture d’urgence de l’établissement, alors que les trois premiers niveaux n’impliquent pas de risques pour la santé des consommateurs.

Le 3 avril, les résultats d’un millier d’établissements, correspondant aux contrôles effectués pendant le mois de mars, sur les 55 000 de la chaîne alimentaire, ont été mis en ligne et tous y figureront progressivement.

Pour le moment, ils sont facilement accessibles sur les plans, mais par la suite il faudra indiquer le nom et la nature de l’établissement, avec son code postal.

Nous avons testé 4 restaurants que nous ne connaissons pas, pris au hasard, sur le plan de Paris, choisi parmi une soixantaine et nous sommes tombés, chaque fois sur l’appréciation « Très satisfaisant ».

Selon un responsable du ministère, « Les objectifs de cette mise en transparence sont de valoriser les établissements qui travaillent bien, de répondre à la demande des consommateurs et d’améliorer le niveau global d’hygiène dans tout le pays ».

Cette nouveauté ne plaît pas à certains professionnels qui ont probablement quelque chose à se reprocher.

Les contrôles sanitaires existent de longue date, la nouveauté est la publication systématique des résultats sur Internet.

Il y a quelques années, les résultats d’un contrôle sanitaire d’un restaurant étoile ont filtré, les inspecteurs s’étant  trouvés nez à nez avec des rats dans ses réserves.

Il faudra sans doute attendre un certain temps pour voir figurer sur le site les 55 000 établissements contrôlés.

Entre-temps, les professionnels craignent que durant la montée en puissance du système, certains ayant obtenu la mention « très satisfaisant » puissent s’en servir comme argument publicitaire face à des restaurants du voisinage, non encore catalogués.

Les professionnels s’inquiètent aussi de la reprise des données dans les guides, ce qui marquera bon nombre de restaurants au fer rouge de façon indélébile, à tous de mériter la mention « très satisfaisant » et la santé publique sera préservée.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*