Accueil / Tests Produits / Un ballonnet pour protéger le vin : Air Cork

Un ballonnet pour protéger le vin : Air Cork

IMG_0980J’aime bien le vin, mais je n’en bois pas beaucoup.

A deux, une bouteille va être bue en 2 jours et si je l’ouvre uniquement pour moi, je vais la boire en 4 ou 5 jours.

Or, si le vin se conserve très bien tant qu’il est bouché et les bouteilles stockées horizontalement. Une bouteille de vin, une fois ouverte, doit être consommée rapidement.

Une bouteille ouverte et bue en 2 jours, ça peut aller (et encore, certains vins le supportent très mal). Mais, consommée en 1 semaine, c’est plus problématique.

Il m’est arrivé de ne pas pouvoir terminer une bouteille, simplement parce que le vin s’était oxydé, il n’était plus bon. Pourtant, en premier grand soin de bien refermer la bouteille en enfonçant le plus possible bouchon, après avoir versé un verre.

Je sais que certains restaurants, qui servent de grands vins au verre, ont des systèmes qui permettent d’empêcher l’air d’entrer dans la bouteille et donc d’oxyder le vin, mais ce n’est pas à la portée d’un simple consommateur, tel que je le suis.

On m’a proposé de tester un truc que j’ai trouvé bizarre, avec un nom étrange : Air Cork.

Ca se présente, comme vous le voyez sur la photo, sous la forme d’un tube souple, d’un petit ballonné maigrichon et (permet moi le jeu de mots) d’une poire en forme de grappe de raisin.

L’Air Cork va permettre de protéger le vin de toute dégradation, oxydation une fois la bouteille ouverte.

Voilà, une chose qui m’intéresse et va résoudre mon problème de bouteille de vin ouverte à consommer lentement.

Ça tombait bien, j’avais une bouteille de vin blanc, que j’avais ouverte, qui était à moitié pleine (un excellent Chablis à boire – naturellement – avec modération).

Le principe du Air Cork est très simple, on entre le ballonné dans la bouteille – presque (très important le presque) – au niveau du vin.

IMG_0982Et on le gonfle avec la poire en forme de grappe de raisin, en 3 ou 4 pompages c’est fait.

On gonfle jusqu’au moment où le ballonné touche les parois de la bouteille et forme, dans la bouteille, une sorte de gros bouchon.

Ensuite, pour sortir le ballonné, il y a un bouton sur le côté de la poire qu’il suffit d’appuyer.

Une fois le ballonné gonflé, le tube et la poire vont pendre sur le côté de la bouteille (ce n’est pas gênant pour une bouteille de vin rouge qui reste à température ambiante, c’est plus embêtant pour une bouteille de vin blanc à remettre au frigo, il faut trouver la position pour que la poire ne gêne pas).

Revenons au « presque au niveau du vin ». Si on positionne le ballonné trop haut, on va enfermer de l’air, entre le vin et le ballonné, c’est mieux qu’en remettant le bouchon, où là on enferme beaucoup d’air. Ce n’est pas parfait.

IMG_0979Si on gonfle le ballonné trop près du vin (ou pire, s’il touche le vin) en ce gonflant, du vin va remonter au-dessus du ballonné. Ce qui pose 2 problèmes, le vin au-dessus du ballonné sera à l’air libre et surtout le ballonné ne joue pas son rôle d’étanchéité, la présence vin le fait glisser le long de la paroi.

Je dirais, qu’il y a une petite phase d’apprentissage pour bien positionner l’Air Cork dans la bouteille. Mais, une fois le tour de main pris (en quelques essais) c’est enfantin et ça ne prend que quelques secondes pour le descendre dans la bouteille à la bonne hauteur et le gonfler.

L’Air Cork est fourni avec un ballonné de rechange.

Si vous êtes, comme moi, à ouvrir une bouteille de vin et à la boire en plusieurs jours, l’Air Cork est une solution pratique et efficace pour protéger le vin.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Je suis journaliste, mais aussi et peut-être surtout depuis quelques années, je suis un influenceur. Les internautes rejettent de plus en plus les publicités et recherchent de l’information au travers d’articles présentant de manière objective des produits ou des services. Aujourd’hui, tout le monde a le réflexe, avant d’acheter, de regarder ce que les internautes en disent. En tant qu’influenceur, je serais ravi de présenter vos produits ou services de manière objective et critique, mais positive pour rassurer les internautes qui hésitent avant de vous faire confiance. Je vous propose de publier les articles, que je peux écrire pour vous, soit sur RiskAssur, soit sur Notre-Siècle, en les recommandant à mes abonnés sur les principaux réseaux sociaux : LinkedIn, Viadeo, Tweeter, Google + et Facebook. Je suis à votre écoute pour répondre à vos besoins, vous pouvez me contactez à olivier@notre-siecle.com

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.