IdéesRéflexions
A la Une

Les Français veulent savoir ce qu’il y a dans leur assiette

Pour répondre à ce désir d’être informé sur la qualité de ce que l’on mange, on voit les labels de groupe privés se multiplier, à eux de décrocher la reconnaissance des consommateurs.

Ceci n’a rien à voir avec la course des éleveurs après les prix du concours général agricole délivrés à l’occasion du Salon annuel de l’agriculture, qui vient de se tenir à Paris, qui ne concernent pas directement les consommateurs.

Aujourd’hui deux labels priment sur le marché, Nutri-Score et Yuka Nutri Score est une applications qui s’appuie sur la présence d’additifs dans la composition pour élaborer la notation, un repère nutritionnel élaboré sous l’égide des autorités de santé, avec un code couleur du vert au rouge et des lettres allant de A à E, sur l’avant des produits, de lecture facile pour le consommateur, que de grands groupes viennent de rejoindre

Les enseignes de distribution ont également adopté ce label pour leurs marques propres, en attendant qu’il soit étendu au niveau européen, comme c’est déjà le cas en Belgique, aux Pays Bas, au Luxembourg, en Allemagne et en Espagne et qu’il devient contraignant et non plus facultatif.

Un autre étiquetage, Yuka a déjà une définition européenne élaborée sous l’égide des pouvoirs publics, celui de l’agriculture biologique avec sa feuille faite d’étoiles blanches su fonds vert, un logo qui certifie une production soucieuse de l’environnement et désireuse de répondre aux attentes des consommateurs en matière de santé.

Il faut aussi citer les appellations d’origine protégées, les AOP et les indications d’origine protégés, les IGP pour les fromages, charcuterie et vins, revendiquant leur ancrage local, sans oublier la spécialité française du Label rouge, axé sur la qualité du produit.

D’autres initiatives ont vu le jour sous la pression des crises alimentaires, notamment à la suite du scandale e la viande de cheval en 2013 relatives à la provenance de la viander dans les plats préparés.

Un groupe d’industiels, des coopératives et des distributeurs prônent une note globale pour informer les consommateurs.

Tags

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.

Fermer