Accueil / Interviews / Interview exclusive de 2 joueurs de Pokemon

Interview exclusive de 2 joueurs de Pokemon

poke2607Hier, en début de soirée, en sortant du métro, je vois 2 jeunes hommes, d’une vingtaine d’années marcher le nez rivé sur l’écran de leur smartphone.

En arrivant à leur hauteur, je n’ai pas pu m’empêcher de jeter un coup d’œil sur leurs écrans, et je m’en doutais, mais ce qu’ils regardaient fixement était le déroulement du jeu Pokemon, donc à la recherche des bestioles virtuelles.

Ne comprenant pas l’intérêt de ce jeu, comme je l’ai expliqué hier (j’ai essayé Pokemon GO), je les ai abordés pour qu’ils m’expliquent. Je pensais qu’ils ne quitteraient pas des yeux leurs écrans et ne s’arrêteraient pas.

Ils ont accepté de répondre, brièvement, à mes interrogations (les prénoms sont fictifs, d’ailleurs je n’ai pas noté leurs véritables prénoms), appelons les Pierre et Paul.

L’un à 22 ans et l’autre 24 ans, ils sont étudiants et copains de Fac.

Notre-Siècle

Avez-vous joué aux versions précédentes de Pokemon ?

Pierre

Oui, c’était passionnant. J’y ai même trop joué, avec baisse de mes notes à l’école et convocation de mes parents. Qui ont règlement, malgré moi, les heures où je pouvais jouer.

Paul

Non, j’aurais bien voulu, mais je n’avais pas de console de jeux.

Notre-Siècle

Avez-vous téléchargé cette nouvelle version de Pokemon GO, avant le lancement officiel en France ?

Pierre et Paul

Nous l’avons téléchargé ce matin, nous sommes en vacances encore à Paris, nous avons du temps à tuer.

Nous marchons dans Paris depuis ce matin et nous en avons attrapé pas mal, mais nous ne vous dirons pas combien.

Pierre

Je me méfie, j’avais été pris au jeu avec la version précédente et trouve celle-ci encore plus captivante. Pour le moment, ça va, ce sont les vacances. Mais, il faut que je fasse attention dès la reprise des cours.

Notre-Siècle

Vous aviez l’air dans votre bulle à regarder l’écran de voter smartphone, lorsque je vous ai abordés.

Pierre

C’est bien cela qui me fait un peu peur, aujourd’hui j’en ai conscience. Donc, je vais être très prudent dans les jours prochains, de ne pas tomber dans une spirale infernale à ne plus pouvoir me passer de jouer et de capturer des Pokemons.

Paul

Pierre a raison, mais pour le moment je suis à Paris jusqu’à début août et je pense passer mes journées à chasser des Pokemons. De toutes les manières, là où je pars en vacances, pas de Pokemons à chasser, c’est de la randonnée en montagne.

Notre-Siècle

Et à la rentrée ?

Paul

J’éviterai de rejouer, comme Pierre je ne veux pas compromettre mes études.

Notre-Siècle

Je n’arrive pas à comprendre l’intérêt du jeu.

Pierre

Même s’il n’y a rien d’intellectuel, c’est tout de même un jeu de piste. On voit la carte synthétique de l’endroit où l’on se trouve et la position des prochains Pokemons à capturer. Et puis, ce que je trouve génial, une fois le Pokemon trouvé, c’est ce mélange de réalité prise par la caméra du smartphone et du Pokemon qui s’agite dans cette réalité.

L’attraper n’est pas très complexe.

Notre-Siècle

Je vous ai vu très absorbé par vos écrans n’est pas dangereux dans la rue ?

Paul

Vous avez raison, on regarde l’écran et on est pris par le jeu. Depuis ce matin, à plusieurs reprises nous avons bousculé des gens et traverser sans vraiment regarder. Pour éviter le risque de la circulation, il faudrait jouer dans des parcs, donc des lieux sans voitures.

Mais, ce n’est pas nous qui décidons où se trouvent les Pokemons.

Pierre (qui regarde sa montre)

Désolé, on va vous laisser, des Pokemons nous attendent.

Notre-Siècle

Merci d’avoir répondu à mes questions, bonne chasse aux Pokemon et faite attention aux piétons et aux voitures.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Je me rends compte que j’arrive très facilement à parler de n’importe quel sujet, la page blanche ne me fait pas peur. L’écriture est quelque chose de passionnant, une fois le sujet trouvé et délimité, je laisse courir mes doigts sur le clavier et les idées s’enchaînent, mais parler de moi c’est difficile. Depuis plus de 30 ans, j’ai toujours été indépendant. Ainsi, au fil des décennies, j’ai rempli de nombreuses missions : enseignement, conseil stratégique, gestion de crises, organisation, conseil en organisation informatique (et développement de logiciel), coaching de groupe et individuel. Puis, au début des années 1990, sans laisser tomber mes missions de conseil, j’ai participé à la conception et à l’animation du magazine professionnel RiskAssur (site du magazine : https ://www.riskAssur-hebdo.com). Je suis au sein de RiskAssur à la fois Directeur de la Publication et en charge du développement. Enfin, depuis le début de 2015, je suis le Rédacteur en Chef de Notre-Siècle (http ://notre-siecle.com), le site sur lequel vous vous trouvez actuellement.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Booking.com