Faits d'actualitéInfosRéflexions
A la Une

Vincent Lambert et c’est reparti pour un tour

Il y a 10 ans, Vincent Lambert a eu un accident qui l’a plongé dans le coma, pas un coma profond nécessitant un appareillage lourd pour lui permettre de respirer, de survivre.

Mais, dans une situation telle que les médecins estiment qu’il n’en sortira jamais. Effectivement, Vincent Lambert est tétraplégique en état pauci-relationnel, c’est-à-dire en état de conscience minimal.

Autour de Vincent Lambert, il y a 2 groupes :

  • L’un conduit par son épouse, qui défend la thèse que Vincent Lambert avait toujours dit qu’il ne voulait pas d’acharnement thérapeutique
  • L’autre conduit par sa mère qui considère que son fils n’est pas mort, que c’est un grand handicapé, qui pourrait – un jour – reprendre conscience.

Et puis, il y a différentes instances judiciaires, administratives qui suivent l’avis médical : arrêt des soins et sédation profonde jusqu’à la mort.

C’est la procédure qui avait débuté, lundi 20 mai, pour s’arrêter dans la soirée à la suite d’une décision de la Cours d’appel de Paris.

Qui a raison, qui a tort dans cette histoire. Ce qu’il faut espérer est que Vincent Lambert, ne souffre pas, ne soit pas conscient de l’enfermement dans son corps, comme dans les cas de locked-in syndrome (syndrome d’enfermement). Très bien décrit dans Le Scaphandre et le Papillon, un ouvrage autobiographique de Jean-Dominique Bauby paru en 1997, où il raconte ce qu’il ressent dans cet enfermement, de son corps qui ne répond plus à son cerveau.

Mais, comment le savoir, le doute est réel. L’horreur, enfermé dans son corps depuis 10 ans, sans aucun moyen de communiquer vraiment avec le monde extérieur.

La décision de la cour d’appel n’est que provisoire.

Aujourd’hui Vincent Lambert ne vit pas artificiellement, il est juste nourri et hydraté. Le « débrancher » consiste à arrêter de le nourrir et de l’hydrater et le sédater de manière profonde, jusqu’à la mort. Il n’est pas dans un cas, où on coupe une machine, par exemple un respirateur artificiel et le patient meurt dans les minutes qui suivent.

Il n’est pas non plus dans le cas où l’encéphalogramme est plat, donc médicalement mort… non Vincent Lambert est dans un état de conscience minimal.

L’information primordiale qui manque, au-delà de la volonté de sa mère et de son épouse, des décisions de justice est la volonté de Vincent Lambert. Pas celle que l’on raconte, qui peuvent être des mensonges, la sienne, celle de Vincent Lambert. Et ça, on ne le saura jamais.

Si j’étais l’épouse de Vincent Lambert je continuerais à me battre pour que l’on arrête cette vie végétative, en respectant ce qu’il lui disait.

Si j’étais la mère de Vincent Lambert, je sortirais mon fils de cet environnement de l’hôpital public, en montant une fondation (il doit y avoir des donateurs qui vont dans le sens de sa mère) pour le prendre en charge dans un institut privé (pas certains que cela arrête les procédures en cours).

Je ne suis, ne la mère, ni l’épouse de Vincent Lambert. Mais, si j’étais à sa place, je n’espérerai qu’une seule chose, que l’on m’endorme profondément jusqu’à ce que je meure.

Tags

Olivier Kauf

Je suis journaliste, mais aussi et peut-être surtout depuis quelques années, je suis un influenceur. Les internautes rejettent de plus en plus les publicités et recherchent de l’information au travers d’articles présentant de manière objective des produits ou des services. Aujourd’hui, tout le monde a le réflexe, avant d’acheter, de regarder ce que les internautes en disent. En tant qu’influenceur, je serais ravi de présenter vos produits ou services de manière objective et critique, mais positive pour rassurer les internautes qui hésitent avant de vous faire confiance. Je vous propose de publier les articles, que je peux écrire pour vous, soit sur RiskAssur, soit sur Notre-Siècle, en les recommandant à mes abonnés sur les principaux réseaux sociaux : LinkedIn, Viadeo, Tweeter, Google + et Facebook. Je suis à votre écoute pour répondre à vos besoins, vous pouvez me contactez à olivier@notre-siecle.com

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.

Fermer