IdéesInfos

Seul 1 Français sur 2 compte faire une pause toutes les 2 heures sur la route des vacances

La circulation sera extrêmement chargée dans l’hexagone ce week-end en raison du traditionnel chassé-croisé entre juilletistes et aoûtiens sur les routes avec un samedi classé noir. A l’avant-veille de ces longs trajets, MMA rappelle l’importance de faire des pauses régulières sur la route des vacances. En effet, les résultats de son étude menée avec l’Ifop montrent que seuls 55 % des conducteurs vont faire une pause toutes les 2 heures, alors même que 58 % ont déjà connu un épisode de somnolence au volant.

Etude réalisée en ligne par l’Ifop pour l’assureur MMA du 24 au 26 juin 2019 auprès d’un échantillon de 1 002 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, titulaire du permis B.

La somnolence au volant, un phénomène encore trop fréquent

Cet été, 66 % des Français partent en vacances en voiture. Parmi eux, 85 % effectuent des distances supérieures à 200 km.

Pour ces longs trajets, 81 % des conducteurs disent prendre le temps de se reposer avant de partir. Mais dans les faits, 78 % modifient leur temps de sommeil au moment du départ, augmentant ainsi les risques d’accident : 76 % se lèvent plus tôt et 15 % se couchent plus tard.

Concernant les pauses sur le trajet, 74 % des Français savent qu’il faut en faire toutes les 2 heures, mais seuls 55 % prévoient d’en faire à cette fréquence. 44 % des Français choisissent d’alterner la conduite avec un autre conducteur. Plus inquiétant, seulement 9 % des conducteurs savent qu’il faut faire des pauses dès les premiers signes de fatigue et 58 % des Français disent avoir déjà connu un épisode de somnolence au volant.

Des conducteurs organisés, mais négligeant certains points de sécurité

Pour leur départ en vacances, les Français se montrent plutôt prévoyants, puisque 93 % planifient leur itinéraire. En revanche, seuls 29 % prévoient le nombre de pauses et 22 % les lieux de ces pauses. Autre point contradictoire, si 79 % des conducteurs disent prendre en compte les prévisions de trafic, seule la moitié en tient compte pour décider de l’heure de départ (52 %) et 24 % du jour de départ ou de l’itinéraire. 56 % des Français prêtent attention aux prévisions météo.

Avant de prendre la route, le contrôle du véhicule est primordial. Un élément de sécurité dont les Français sont conscients, puisque 87 % effectuent un contrôle de l’état du véhicule. 41 % le font eux-mêmes, 15 % le font faire par une personne de l’entourage et 31 % par un garagiste. Autre paramètre de sécurité, le chargement du véhicule. Les principaux points d’attention des conducteurs sont d’assurer la visibilité arrière (61 %), d’avoir à portée de main nourriture, eau, téléphone/GPS, lunettes de soleil (53 %) et de dégager au maximum l’habitacle du véhicule (49 %).

En ce qui concerne le trajet en lui-même, 80 % des parents prévoient des occupations pour les enfants, principalement de la lecture (60 %), des jeux de réflexion, des chansons (45 %) et des vidéos (41 %).

Sensibiliser les conducteurs pour les départs en vacances

Cet été, pour inciter les conducteurs à bien préparer leurs trajets des vacances, MMA mène une campagne de sensibilisation en radio avec la diffusion de messages de prévention.

« Chaque année, les départs en vacances sont des périodes particulièrement accidentogènes. Une bonne préparation est indispensable : contrôler son véhicule, optimiser son chargement, préparer l’habitacle, planifier son itinéraire et les temps de pause, sont autant de préparatifs à effectuer avec soin. Mais les Français sont ambivalents. Souvent prévoyants et conscients des dangers, ils prennent pourtant des risques en écourtant leur nuit de sommeil avant de partir ou en ne s’arrêtant pas aux premiers signes de somnolence. », explique Cécile Lechère, en charge de la prévention des risques routiers chez MMA.

Tags

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.

Fermer