Faits d'actualitéInfosRéflexions

Le dernier A380 sera livré en 2021

Le président exécutif d’Airbus, du constructeur européen qui se dispute en permanence la première place dans le monde de l’aéronautique avec son concurrent américain Boeing, quittera ses fonctions, en fin de mandat le 10 avril prochain, sur une fausse note, la fin programme de la construction du plus gros avion commercial au monde, l’A 380.

C’est Emirates, la compagnie de Dubaï principale cliente de l’appareil, en convertissant une commande de 39 A380 en 40 A330, plus 30 A350 de la nouvelle génération NEO, qui a sonné le glas du 380 pour lequel Airbus n’avait pas d’autres clients.

Du point de vue du chiffre d’affaires, Airbus ne perd pas au change, mais est obligé d’arrêter la chaîne de l’A380, une fois le dernier avion livré, bien que cet appel, hors normes, soit devenu l’avion préféré des passagers dans le monde entier, qui continuera, bien entendu, sauf imprévu de voler, encore pendant de longues années, notamment par Emirates qui en exploitera, avec les fabrications en cours 123 exemplaires dont Airbus s’est engagé à assurer la maintenance à long terme.

C’est évidemment une claque pour Airbus, vis-à-vis de Boeing qui célèbre en grande pompe le 50ème anniversaire de son 747.

En même temps, la fin de l’A380 va coïncider avec la livraison du nouvel appareil de Boeing le 777X le gros-porteur américain qui concurrencera l’A 350-1000, la plus grosse version du gros-porteur long-courrier d’Airbus, ce qui permettra à la bataille entre les deux avionneurs, de se poursuivre.

Au niveau industriel, Airbus qui a 7 577 avions en commande, qui lui garantissent 8 années de travail, évalué au prix catalogue à 460 milliards d’euros, l’arrêt de la production de l’A380 n’aura pas de conséquences sociales pour les 3 500 salariés qui y travaillent et qui seront affectée à d’autres lignes de production.

Tags

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.

Fermer