Faits d'actualitéRéflexions
A la Une

La réouverture des bars est des restaurants est reportée sans nouvelle date

Reçu le 5 janvier à Bercy par le ministre de l’économie Bruno Le Maire, la seule certitude des patrons des bars et des restaurants est de ne pas pouvoir ouvrir, comme espéré, le 20 janvier.

Le ministre s’est montré très préoccupé par la situation sanitaire en expliquant qu’il ne pouvait pas donner de perspectives, car le gouvernement veut à tout prix éviter une troisième vague de contaminations.

Lors de son allocution télévisée du 24 novembre dernier, le président Macron avait fixé rendez-vous aux restaurateurs au 20 janvier 2021 pour évaluer la situation sanitaire liée à la pandémie de la Covid-19 pour leur donner un éventuel feu vert de réouverture, il faut donc encore patenter, alors que la fermeture remonte au 29 octobre.

Pour le syndicat GNI, le Groupement national des indépendants, le ministre a réaffirmé très fort son soutien à notre secteur d’activité en disant que les mesures d’aide prises en décembre dernier devraient être reconduites, soit le chômage partiel, l’annulation des charges sociales et le renforcement du fonds de soutien, cette palette de mesures avait été revue en décembre 2020.

Elles devraient évoluer prochainement pour tenir compte aussi des difficultés des grands groupes et non plus uniquement des petits établissements, ainsi les prêts garantis par l’Etat vont être prorogés, avec une franchise de deux ans.

Bercy réfléchit par ailleurs à un système d’avances remboursables assorti d‘un taux de 1%, remboursable sur dix ans, avec un décalage de 3 ans, des projets toujours en attente, qui rendent les syndicats fautes de perspectives, de plus en plus inquiets.

Les professionnels ont souligné l’importance de pousser les banques à jouer le jeu, à accepter un nouveau report d’échéance de prêts en cours alors qu’elles ont tendance à resserrer la vis, ce qui fait que le projet de Bercy d’avances remboursable est attendu avec impatience par le secteur.

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.