InfosRéflexions
A la Une

La présence de Carlos Ghosn embarrasse le pouvoir libanais

La justice nipponne a mal accepté la fuite de Carlos Ghosn, qui heurte les mœurs locaux, différents de ceux des occidentaux, en tout cas elle se rebiffe en lançant un mandat d’arrêt contre lui en vue de son extradition, une demande à laquelle le Liban ne peut évidemment pas satisfaire, s’agissant de l’un de ses ressortissants.

Sans doute, pour ne pas altérer ses relations avec la seconde puissance économique, la justice libanaise n’a pas laissé passer inaperçue la réaction de la justice japonaise, notamment à la conférence de presse de Carlos Ghosn qui met en cause gravement son fonctionnement.

Carlos Ghosn, fort de ses millions, une fois la liberté retrouvée, au lieu de faire profil bas, pour se faire oublier, a ouvertement déclaré la guerre à Nissan, dont il était le mandataire social, et au parquet japonais, qui serait sa complice, en prenant la presse mondiale pour témoin, une réaction épidermique qui ne mènera rien.

Aujourd’hui, Carlos Ghosn, sans être inculpé de qui que ce soit au Liban, risque d’avoir à réponde de ce qui lui est reproché au Japon.

Il a été entendu par des enquêteurs libanais au sujet de la « note rouge » communiqué à Interpol par le Japon puis, conséquence de quoi, il a été interdit de voyage à l’étranger, autrement dit de quitter le territoire libanais, avec la confiscation de son passeport français.

Selon les informations communiquées à la presse, le parquet libanais a demandé à son homologue japonais l’envoi de son dossier judiciaire.

Pour couper court à toutes les suppositions, les sources judiciaires ont précisé : « En fonction du contenu du dossier, s’il est avéré que les faits dont il est accusé au Japon imposent des poursuites judiciaires au Liban, il y sera jugé, si aucune poursuite judiciaire ne s’impose en vertu de la législation libanaise il sera alors libres » pour lui une situation inédite.

Rappelons, qu’au Japon, il a été inculpé de fraude fiscale et de malversations financières, sur plainte de Nissan, qui peut déposer la même plainte au Liban.

Du travail pour ses avocats.

[amazon_link asins=’B07D8BQMPF,B07433CWR3,B079CYTD1F,B07RJSK22V,B078F5H551,B07FKN3WSC,B07JBSMJY2,B07HYYSNQP,B01N3A90SL’ template=’ProductCarousel’ store=’notresiecle-21′ marketplace=’FR’ link_id=’99b7b001-0399-4874-ba2c-218a2871f19f’]
Tags

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.

Fermer