Faits d'actualitéInfosRéflexions

La direction de Bayer doit regretter d’avoir réussi à racheter Monsanto

La direction de Bayer a mis la main sur Monsanto en pensant à son activité de semencier, spécialisée dans les OGM, pour se diversifier à la fois sur le plan produit et sur plan géographique, son activité pharmaceutique étant implantée en Europe, principalement en Allemagne et celle de Monsanto, payée 63 milliards de dollars, aux Etats-Unis, sans faire attention aux risques qui planent sur sa tête, du fait de son activité dans l’agro-chimie.

C’est le côté surprenant de cette opération capitalistique gigantesque, l’usage veut que les acquéreurs d’une entreprise font ou fassent faire l’inventaire du passif et des risques de toute nature, qu’ils s’apprêtent à prendre en charge, c’est le closing à l’occasion duquel le vendeur s’engage à ne rien cacher, or à cette époque les risques inhérents au glyphosate, le composant des désherbants, dont le Roundup, le produit phare de Monsanto dans ce domaine, étaient parfaitement connus.

C’est la qualification de « probablement cancérigène pour l’homme », prononcée par l’Organisation mondiale dela santé, l’OMS qui domine le débat.

Actuellement, Bayer doit faire face aux États-Unis à 13 400 actions en justice, dont le jugement de la 3ème, rendu en Californie, selon les normes américaines est encore, plus dévastateur que les deux premiers.

Il s’agit d’un couple, mari et femme, atteint chacun d’un cancer imputé au Roundup, qui se sont vu accorder 18 millions de dollars au mari et 27 millions de dollars à l’épouse de dommages compensatoires, plus 1 milliard de dollars de dommages punitifs chacun.

En faisant appel, Bayer peut obtenir une réduction significative ces condamnations, mais probablement pas son acquittement, sauf à apport la preuve de « l’innocuité » du produit pour l’humain, comme il le proclame.

Pour l’OMS, le glyphosate n’est que probablement cancérigène, ce qui laisse la porte ouverte à une révision de son jugement, elle peut déclarer le Glyphosate purement cancérigène pour l’homme où lever sa réserve.

Cette affaire est polluée par les énormes intérêts financiers en jeu, il faudrait pouvoir déblayer ce terrain à cet égard, pour pouvoir réunir un groupe d’experts insoupçonnables, en lui donnant la possibilité d’aller au fond des choses afin de connaître la nature exacte du glyphosate.

Tags

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.

Fermer