Faits d'actualitéRéflexions
A la Une

Un arrêté du 17 novembre étend l’accès aux tests antigéniques qui donnent un résultat en quelques minutes

D’un usage très limité à l’origine, sans explication valable, ils sont désormais accessibles aux personnes vulnérables et à celles de plus de 65 ans.

Le gouvernement fonde en effet beaucoup d’espoir sur ces tests qui apportent un résultat entre quinze et trente minutes, après le prélèvement nasopharyngé, cependant, assez compliqué pour nécessiter une formation, notamment pour mettre le personnel des pharmacies dans le coup, il leur sera difficile de faire venir, des infirmières pour effectuer des prélèvements dans leurs officines, elles n’en ont pas le droit.

Le ministère de la santé a commandé 5 millions de tests, à la mi-septembre, quelque 270 000 tests ont été réalisés et en a fait un pilier de sa stratégie, ces tests ne nécessitent pas d’ordonnance, avec une prise en charge totale par l’Assurance maladie.

Plusieurs autres commandes ont été passées, pour assurer la sécurité des approvisionnements nécessaires à la réalisation de ces tests, plus 5 millions commandes par des centrales d’achat des établissements de santé publique et une précommande de 20 millions de tests via le mécanisme de commandes groupée européen, cependant, sur le terrain, le matériel nécessaire aux tests manque partout.

Il est toutefois conseillé aux personnes de plus de 65 ans ou vulnérables, dont le résultat et négatif de consulter leur médecin et de faire confirmer les résultats par test RF-PCR.

Ces tests restent contre-indiqués pour les cas contacts, on n’en voit pas la raison, une contradiction apparente qui laisse régner le flou, pour les professionnels de santé, le message a été brouillé par trop d’informations discordantes, selon le président de la Fédération des médecins de France.

Une autre question est celle de l‘intérêt de détecter en France des cas contacts, puis aucune initiative d’isolement les concernant, faute de moyens, n’est prévue, le cas échéant.

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.