Faits d'actualitéRéflexions
A la Une

Tesla a livré 500 000 voitures électrique en 2020

Pour la première fois Tesla qui fabrique des véhicules électriques haut de gamme, qui portent son nom est le grand et seul gagnant de l’année passée, une année hors normes, dans un marché automobile anéanti par la crise.

Cette firme, sans passé glorieux, contrairement à bien d’autres, a su anticiper, organiser et rester agile, on sait depuis Alexandre le Grand, que fournir à temps et en heure des ressources correspondant aux besoins, est la clé du succès, c’était une époque militaire.

Aujourd’hui, c’est le monde des affaires, porté par la mondialisation du commerce et de la production, qui a porté au plus haut degré de sophistication cet art de l’organisation sans faille.

Il suppose de l’anticipation, en évitant les doublons, pièges de l’arrogance avec des slogans comme « l’intendance suivra », ce qui est rarement le cas, il faut que l’organisation soit millimétrée sans que la bureaucratie qu’elle engendre n’étouffe la rapidité de l’action.

Tesla a tenu parole, la firme avait annoncé un objectif de vente d’un demi-million de voiture en 2020, elle en a produit 510 000, et vendu 499 500 dans marché automobile touché à mort par la crise sanitaire.

La firme de d’Elon Musk a bénéficié de l’engouement pour les voitures électriques avec comme handicap l’absence d’un réseau de concessionnaires, en pratiquant la vente directe, avec la progression de son cours de bourse de 700 %, Elon Musk est devenu l’homme le plus riche du monde.

Maintenant, revenons à la vaccination qui préoccupe les Français dont le début a été totalement raté, Il faut que la France se reprenne rapidement, en organisant la campagne de vaccination de sa population contre la Covid-19 , dont elle a la charge, en fonction de l’arrivée des vaccins, car il n’y a plus de temps à perdre, c’est une question de logistique, rien d’autre.

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.