Faits d'actualitéRéflexions
A la Une

Rien ne vaut une bonne pluie pour mettre fin à un incendie de forêt

La pluie tant attendue en Australie vient enfin de tomber, on y respire, cependant il est trop tard pour le milliard d’animaux sauvages qui viennent, selon les premières estimations, de succomber.

Les premiers orages ont éclaté le 15 janvier dans l’Etat de Victoria en dissipant, pour commencer les nuages de fumées toxiques dégagées par les feux, qui ont affecté sa capitale Melbourne et perturbé gravement la vie de tous les jours et les Opens de tennis du pays, des précipitations sont attendues d’ici la fin de la semaine.

La pluie est tombée le jour suivant sur les régions affectées par les gigantesques incendies qui font rage depuis le mois de septembre, offrant partout une amélioration de la qualité de l’air.

De bonnes chutes de pluie ont eu lieu dans l’Etat de Nouvelles Gales du Sud, dans le sud-est de l’Australie, une région normalement tempérée de cet Etat-Continent, où sont localisés les brasiers les plus importants, a indiqué le bureau local de météorologie.

Si les prévisions de pluie se confirment, il s’agirait de la période de temps pluvieux la plus longue depuis le début de la crise des incendies en septembre dernier.

Depuis le début de ces feux dévastateurs, il y a près de 5 mois, au moins 28 personnes sont mortes et plus de 2 000 habitations ont été détruites, dans une zone de 10 millions d’hectares, où vivaient 1 milliard d’animaux sauvages, pratiquement tous disparus.

Cependant, il est trop tôt de crier victoire, car quelques 30 incendies restaient hors contrôle jeudi soir, heure locale, en Nouvelle Gale du Sud, selon le service de lutte contre les incendies.

Liées à une sécheresse particulièrement grave en Australie, ces incendies sont aggravés par le réchauffement climatiques et les courants marins chauds, El Nino, alors que les scientifiques prédisent de longue date que la récurrence des évènements météorologiques extrêmes ne fera que s’aggraver.

Il appartiendra aux autorités compétentes, au moment du rétablissement de la couverture végétale forestière détruite par ces incendies, de prévoir des zones coupe-feu et d’accès des pompiers, complétées par des réseaux de surveillance, comme ceux qui existent en France, dans la vaste forêt des Landes.

Les forêts, nos poumons , méritent d’être surveillées, comme du lait sur le feu.

Tags

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.

Fermer