Faits d'actualitéInfosRéflexions
A la Une

Rendre l’assurance santé résiliable à tout moment est une fausse bonne idée

Cette mesure vient d’être votée par le Parlement, permettant de résilier, sans frais et à tout moment les assurances santé complémentaires, résiliables qu’à l’échéance annuelle.

Cette mesure a pour objet, aux dires du gouvernement, d’améliorer le pouvoir d’achat des assurés, alors que, dans ce domaine, les primes ne pourront qu’augmenter.

Améliorer le pouvoir d’achat des Français est devenu la hantise du gouvernement depuis la crise des gilets jaunes, qu’il faut croire à court d’idée, surtout qui ne sait rien du fonctionnement de cette assurance de masse qu’est l’assurance complémentaire santé, qui est une assurance à gestion lourde en raison du nombre considérable d’indemnités, pour frais de santé, à régler chaque jour.

De plus, elle est grevée de charges lourdes, car les assureurs doivent gérer, pour le compte de l’Etat la CMU et la CMU complémentaires, financées par les assurés a titre de la solidarité nationale, en plus de la taxe sur les conventions d’assurances perçue par l’Etat.

Les complémentaires santé de base garantissent le ticket modérateur et le forfait hospitalier et peuvent garantir, notamment dans le cadre des régimes de prévoyance des entreprises, des dépassements d’honoraires des praticiens libéraux, notamment des dentistes, des dépassements de prix de toutes sortes, voire des chambres individuelles en cas d’hospitalisation.

Les particuliers peuvent souscrire ce type de contrats, des contrats type 400 %, voire plus et les retraités qui en ont bénéficié dans le cadre de leur régime d’entreprise peuvent les conserver, totalement à leur frais, sans déduction fiscale.

Du fait de la mesure qui vient d’être votée, les cotisations ne peuvent qu’augmenter, car résilier un contrat sans frais, en cours d’année, a un coût pour les assureurs, ne serait-ce que pour la ristourne, au prorata temporis, de la cotisation encaissée en début d’année, des charges qu’ils répercuteront sur les cotisations.

De plus, la chasse aux nouveaux contrats s’animera, par le renforcement des équipes commerciales et des campagnes dans les médias, ce qui gonflera les d’acquisition des contrats, qui se retrouvent également dans les cotisations.

Il est question de hausses pouvant aller jusqu’à 5%.

Tags

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.

Fermer