Accueil / Photos / Quel objectif pour quelle photographie ?

Quel objectif pour quelle photographie ?

objectifs0804Si le boitier photographique est important de par son ergonomie et sa technologie embarquée, il est souvent changé en fonctions des avancées proposées par les fabricants et…les astuces marketing.

Par contre, pour les possesseurs d’appareil à objectifs interchangeables (hybrides et reflex), il est fréquent de conserver ses objectifs. D’ailleurs, les mêmes fabricants l’ont bien compris puisque, c’est le cas pour les grandes marques, ils font en sorte que l’ensemble des boîtiers soient compatibles avec les objectifs déjà sortis. Ainsi, certains qui pratiquaient l’argentique peuvent conserver leurs optiques avec les nouveaux appareils même si, en contrepartie, ils ne peuvent bénéficier des automatismes évoluant avec les saisons…

Ceci dit, les nouveaux objectifs peuvent prétendre à un meilleur piqué (qualité d’image), autofocus (automatisme de mise au point) ou encore un poids plus léger au dépend d’un tarif toujours plus élevé.

En principe, les amateurs préfèrent se munir d’objectifs de la même marque que leur boitier mais sachez que, désormais, les fabricants dits indépendants n’ont pas à rougir de leurs produits et, parfois, les objectifs qu’ils proposent sont meilleurs pour un cout moins élevé.

Deux gammes d’objectifs existent:
– Les objectifs à focales fixes ont la réputation d’être plus compétitifs, plus lumineux et répondent à un seul et même besoin, par exemple: un téléobjectif de 400mm pour la chasse animalière ou un grand angle de 24mm pour les paysages.
– Les objectifs à focales multiples ou zoom ont l’avantage d’embarquer plusieurs focales et, en conséquence, de répondre à plusieurs besoins; par exemple un zoom d’une amplitude de 24-70mm conviendra aussi bien pour les paysages que pour les portraits.

Chaque gamme a ses avantages et inconvénients et ses « fans ». Certains diront que les focales fixes obligent le photographe à bien cerner le sujet, l’approcher au plus prés, pour mieux le cadrer d’autres rétorqueront que les zooms permettent de voyager « léger » avec un seul objectif plutôt que deux ou trois fixes couvrant la même amplitude. Dans les faits, comme dans toute pratique, c’est à chacun de faire sa propre opinion selon son style photographique. Par contre, il est fréquent de constater que les focales fixes sont beaucoup plus lumineuses permettant ainsi un confort réel lors de la visée reflex et autorisent des prises de vues dans de faibles conditions là où avec, un zoom, un flash sera indispensable.

Trois types de focales à disposition:
– L’objectif de base, dont la focale est de 50mm et qui correspond à la vision humaine.
– Le téléobjectif, dont la focale est supérieure au 50mm.
– Le grand angle, dont la focale est inférieure au 50mm.

Si vous êtes en possession d’un zoom 17-55mm, il s’agit d’un trans-standard car sa plage focale se situe de part et d’autre du 50mm.

Rappelez-vous aussi, que pour des raisons pratiques, la valeur de focale est donnée pour un capteur dit « Plein Format » ou 24*36. Or, les petits capteurs, embarqués sur la majorité des appareils, ont un facteur de grossissement correspondant à leur taille. Pour la marque Nikon ce facteur est de 1,40 et pour Canon 1,60; c’est-à-dire qu’une focale de 100mm correspondra en fait à 140mm, si vous possédez un boitier Nikon, et 160mm avec un Canon.

Quoiqu’il en soit, vous devez connaitre les possibilités de chacune de ces focales pour ne pas être pris au dépourvu lors de vos sorties photographiques.

Photos de paysages naturels et urbains

Un paysage, c’est souvent immense, il vous faut en conséquence une focale qui puisse fixer le champ de vision le plus large possible. Attention, cependant, plus le champ est élargi, plus le risque d’éléments perturbateurs et gênants est grand.

De plus, la tentation est forte, en présence d’un grand sujet comme une statue et surtout un immeuble, d’utiliser en cas de recul insuffisant, la focale le plus grand angle possible; ce qui entrainera une forte distorsion du sujet.

Pour éviter ce phénomène souvent désagréable, ou non acceptable pour les photos d’architecture, l’utilisation d’un objectif à décentrement est indispensable. Vous pourrez supprimer cet effet en post traitement; mais prévoyez de l’espace car un recadrage sera souvent indispensable.

Des questions, promis je vous répondrez

Des commentaires, des critiques, … n’hésitez !

Jean-Claude Barousse

Ses albums photographiques: http://riskassur-boutique.com/12-photographies
Ses tirages numériques:           http://riskassur-boutique.com/21-tirages-photographiques
Ses tutos pour apprendre:         http://riskassur-boutique.com/16-photo-tuto

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Jean-Claude Barousse

Photographe autodidacte, sans renier son passé “argentique” il a immédiatement pris le “virage numérique” et s’exprime principalement au travers ses images de paysages naturels et urbains. Il publie des articles et tutos dans des revues photographiques notamment les éditions Oracom et pour le compte de RiskAssur. Réalise des chroniques dans un site forum “Photophiles.com” et aide les membres de son forum “PhotoClub” à progresser dans leur pratique photographique. A la demande, il expose ses photographies originales individuellement ou lors de manifestations collectives et donne des cours sur les prise de vue et le développement numérique. Est membre de diverses association d’artistes picturaux”

Laisser un commentaire

Booking.com