InfosRéflexions
A la Une

Pour lutter contre le réchauffement la France compte planter 50 millions d’arbres

C’est le ministère de l’agriculture, de l’alimentation et des forêts qui en a la charge avec un budget de l’ordre de 200 millions d’euros et qui souhaiterait y associer des écoles et l’éducation nationale.

Pour le ministre, trouver des essences d’arbres adaptés au climat changeant et suffisamment de graines et de plants disponibles va être un énorme défi pour les pépinières, en pensant à l’avenir auquel les nouvelles plantations devront résister.

Pour sensibiliser les plus jeunes aux enjeux climatiques, le ministre de l’agriculture espère pouvoir y associer les écoles et d’une manière générale, l’éducation nationale au projet, comme le font déjà certaines associations locales sur des programmes de replantation de haie pour préserver la biodiversité.

Permettre aux élèves d’avoir des moments où ils vont participer à ces politiques de repeuplement, de reboisement, ce sera une chance extraordinaire de pouvoir les associer et de créer du lien avec eux, sur les territoires.

Tout en soulignant qu’il ne faut pas juger certaines critiques actuelles certainement sincères, s’opposant à l’exploitation des forêts, au nom de la de l’environnement, le ministre a estimé qu’une forêt ça se protège comme le sol et ça se cultive, tout comme le sol, l’un n’est pas en opposition avec l’autre.

Le projet de repeuplement des forêts est le plus grand depuis la guerre, a ajouté le ministre, il répond aux dégâts causés par les cyclones, et les insectes qui creusent des trous dans des arbres fragilisés par la sécheresse.

Dans son entretien avec un réalisateur de cinéma très engagé dans le domaine de l’agriculture et de l’alimentation et des défis de la transition énergétique le ministre a souligné les besoins de souveraineté alimentaire de la France en dehors du repeuplement des forêts, pour des raisons climatiques.

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.