Accueil / Réflexions / Pauvres Californiens ils n’ont plus droit au véritable foie gras

Pauvres Californiens ils n’ont plus droit au véritable foie gras

C’est une loi de 2004, interdisant de vendre dans le plus grand et le plus riche État des États-Unis des produits issus du gavage d’une volaille dans le but d’agrandir son foie vient d’entrer en vigueur, après une longue bataille judiciaire entre défenseurs du foie gras et militants de la cause animale.

La Cour suprême a validé le 7 janvier l’interdiction à la vente du véritable foie gras en Californie, en rejetant le recours introduit par des producteurs de foie gras contre cette loi qui interdit de vendre dans cet État des produits issus du gavage, un procédé cruel pour les oies et les canards, gavés désormais avec une machine, mais à la main, ce n’était pas mieux.

Cette loi prévoit une amende de 1 000 dollars en cas d’infraction, entrée en vigueur en 2012, elle avait été suspendue par la justice en 2015, puis validée en appel en 2017, on peut dire qu’elle avait la peau dure, comme une vieille oie.

Les producteurs de foie gras du Canada et de New York, ainsi qu’un restaurateur californien, avaient saisi la Cour suprême en plaidant qu’un État ne pouvait pas interdire un produit autorisé au niveau fédéral.

Ils avaient reçu le soutien de la France, qui avait estimé que la loi californienne était une agression à la tradition française, alors que le foie gras fait partie du patrimoine gastronomique et culturel, bien que chez nous aussi le gavage soit lourdement critiqué, en France, le gavage est devenu une activité industrielle, à part.

On peut faire confiance aux éleveurs, ils sélectionneront des races d’oie et de canards, qui produiront tout naturellement de foies d’une taille normale qui permettront de produire des confits, pour les consommateurs californiens et peut-être, un jour ceux du monde entier.

À propos Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.