Accueil / Idées / L’évolution du taux de chômage en France

L’évolution du taux de chômage en France

chomage0206Sans remonter trop loin dans le passé, le taux de chômage progresse depuis le début des années 1970.

Au début de l’année 1975, le taux de chômage était de moins de 3% (la présidence de Valéry Giscard d’Estaing).

Il passe, pour la première fois, la barre symbolique de 10%, à la fin de l’année 1993, pour repasser sous cette barre au début de l’année 1995 (la fin de la présidence de François Mitterrand).

Au second trimestre 1996, le taux de chômage repasse au-dessus des 10%, pour redescendre à 9,9% au second trimestre 1998 (la Présidence de Jacques Chirac).

Le taux de chômage repasse au-dessus des 10% au second trimestre 2013 (la présidence de François Hollande), puis redescend très légèrement pour repasser au-dessus des 10% à la fin de l’année 2014.

Il s’agit de chiffres concernant la France Métropolitaine, les femmes et les hommes de 15 ans et plus.

Même si la barre de 10% est symbolique, on ne peut pas se réjouir d’un chômage qui oscille entre 7 et 10% (les présidences de Jacques Chirac, puis de Nicolas Sarkozy). Nous sommes très loin du chômage dit de friction qui se situe autour de 3 %, qui est proche du plein-emploi.

Le plein-emploi où tout le monde travaille n’existe pas, il y a toujours des salariés qui quittent un emploi (soit par licenciement, soit par démission) et il y a un temps minimum pour retrouver un nouvel emploi. Cela correspond au chômage de friction.

Le problème, en France (mais pas seulement) est que la croissance est insuffisante pour créer des emplois.

Selon de nombreuses théories économiques, il faut une croissance de plus de 1,5% pour créer des emplois.

Nous en sommes très loin.

Mais, il n’est pas certains que la croissance sera créatrice d’emplois.

L’automatisation dans le monde du travail en usine mais aussi dans les bureaux conduit les entreprises à avoir besoin de moins en moins de personnel.

Les chaînes de montage, inhumaines, comme Charlie Chaplin nous les montre dans le film « Les temps Modernes » sont remplacées par des chaînes robotisées employant quelques salariés « humains ».

Il en est de même dans les bureaux, l’informatique a supprimé nombre d’emplois. Par exemple, il n’est plus nécessaire d’avoir un pool dactilographique pour taper une lettre et en faire plusieurs exemplaires, chaque salarié, même les Cadres supérieurs, a un ordinateur et est autonome.

Que faire de touts ces salariés qui sont au chômage, bien entendu les gouvernements successifs tentent par tous les moyens de relancer l’emploi, en aidant les entreprises à recruter et en créant des emplois.

Le problème ne vient pas seulement de l’absence de croissance, mais d’un besoin moindre de recrutement de la part des entreprises pour leur fonctionnement.

Mais, il y a un autre souci, que les entreprises ont, peut être, perdu de vue.

Lorsqu’elles produisent, il faut à l’autre bout de la chaîne des consommateurs pour acheter leur production.

Or, si les consommateurs sont au chômage, leurs possibilités de consommation s’en trouvent largement réduites.

Bien entendu tout se fait à l’échelle mondiale, on peut produire là où il n’y a pas de consommateurs et vendre là où ils sont. Mais par le principe des « vases communiquant » tout finira pas s’équilibrer et les consommateurs fautes de revenus suffisants seront moins lucratifs pour les entreprises.

Peut-être vivons-nous une période de transition, où le travail ne sera plus au centre de notre vie, que l’informatisation et la robotisation prendront en charge une très grande partie de la création de richesses.

Si c’est le cas, il faudra trouver un autre mode de rémunérations, pour les humains, que celui basé sur le travail.

Ce n’est pas simple à gérer et en fin de compte je n’aimerais pas être à la place de nos gouvernements (de droite ou de gauche) qui se doivent de trouver des solutions et qui voient au fil du temps les chiffres du chômage s’aggraver.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Toujours indépendant, depuis plus de 30 ans, j’ai la chance d’avoir pu remplir de nombreuses missions : enseignement, conseil stratégique, gestion de crises, organisation, conseil en organisation informatique (et développement), coaching de groupe et individuel.

En intervenant au sein d’entreprises, principalement, des secteurs de l’assurance, de la finance ou encore de cabinets d’actuariat, de conseil en rémunération, d’avocats qui m’ont permis de développer mes compétences professionnelles.

Tout en restant consultant (si vous avez besoin d’un regard extérieur sur un projet, un problème, un questionnement, un audit ou tout autre,…), il y a une dizaine d’années j’ai découvert l’écriture … journalistique (avec https://notre-siecle.com et https://www.riskassur-hebdo.com).

Ces 2 sites ont une fréquentation sérieuses (en nombre et en qualité), cela peut être intéressant à utiliser pour du référencement naturel (SEO). N’éhsitez pas à me contacter pour en savoir pour en parler.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*