Faits d'actualitéInfosRéflexions

Les pays développés volent au secours des 17 pays du Sahel

Il y a heureusement des décisions qui sont prises à l’occasion des réunions annuelles des COP, sans faire l’objet des publications qu’elles méritent.

On vient d’apprendre que pour lutter contre les effets du réchauffement, les 17 pays de la bande sahélienne d’Afrique viennent de bénéficier d’un programme prioritaire décidé lors de l’accord de Paris, de la COP 21 de 2015, dont la population n’est pour rien dans le réchauffement climatique.

Leurs chefs d’État et de gouvernement tiendront un sommet lundi prochain à Niamey pour valider un plan d’investissement climatique de 400 milliards de dollars sur douze ans vient d’annoncer le gouvernement nigérien.

Ce plan, élaboré pour la période 2018-2030, qui concerne 17 État de la bande sahélienne, allant de l’océan Atlantique à la Corne d’Afrique est très ambitieux, il est la traduction des engagements de nos États à travers l’accord de Paris sur le réchauffement climatique a déclaré le ministre nigérien de l’environnement, Moustapha Garba lors d’une conférence de presse.

Un programme prioritaire est axé sur six projets visant diverses actions sur le terrain pour limiter les émissions de gaz à effet de serre et pour permettre aux populations de s’adapter aux changements climatiques.

Ce programme prioritaire qui doit être mis en œuvre, a-t-il ajouté, sans attendre, sera soumis aux partenaires techniques et financiers lors d’une table ronde mardi à Niamey en vue de son financement, à travers l’accord de Paris.

Les pays développés à l’origine du réchauffement du climat se sont engagés, a-t-il rappelé à mettre à la disposition de l’ensemble des États partis les ressources financières nécessaires pour mener ces différentes actions en vue d’arriver à l’objectif global de limiter le réchauffement de la planète, dans des limites acceptables.

Le sommet de Niamey devra valider le plan d’investissement climatique élaboré par des experts 17 États en sachant que le Sahel, avec ses 500 millions d’habitants, pour une superficie de 10 millions de km 2 est extrêmement vulnérable aux changements climatiques ce qui fragilise à la fois les conditions de vie des populations et les écosystèmes.

Notons que la moitié des pays du Sahel sont confrontés à des activités djihadistes.

Tags

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.