Faits d'actualitéRéflexions
A la Une

Les masques grand public seront disponibles dès le 4 mai

La France prépare le déconfinement pour relancer l’activité du pays, tout en évitant une nouvelle vague de contamination, ce qui suppose le renforcement des mesures de prévention et de protection, dont le port du masque sur le domaine public qui ne pouvait pas être généralisé et rendu obligatoire pour le grand public, tant que celui-ci ne pouvait pas s’en procurer.

Le ministre de la santé, Olivier Véran a expliqué le 24 avril que le gouvernement préparait le pays à porter des masques dans l’espace public, sans donner d’autres détails, il a simplement expliqué que c’était très compliqué de faire porter des masques à des enfants, en précisant qu’il n’y avait aucune recommandation scientifique en ce sens, alors qu’il était interrogé sur une radio sur ce qui serait prévu à cet égard la rentrée.

Les communes doivent être attentives de ne pas porter atteinte gravement à un droit fondamental, qui est celui d’aller et venir, pour chacun, librement, un droit précisé par le Conseil d’État, récemment.

La rentrée des classes reste dans le plus grand flou et pourrait rester facultative au gré des parents, qui ont de plus des difficultés à gardes les enfants à la maison, dans des conditions de logement rarement adaptées au confinement de leurs occupants.

Une fois la date du début du déconfinement rendu public, le pouvoir voit s’accumuler les questions d’ordre pratique qui se posent à lui à tous les niveaux, qui tiennent généralement à la mise en œuvre des mesures de sécurité auxquelles il est difficile de déroger, sans différer le déconfinement ou d’en limiter les applications.

Dans les transports, on peut laisser des sièges inoccupés et réguler les accès et les sortis des voyageurs, ce qui affectera leur capacité de transports dans des proportions importantes, dans les terrasses en plein air des cafés et des restaurants, on peut espacer les tables, mais pas dans des salles où, normalement, les tables se touchent, il faut dès lors limiter les réservations, dans la mesure où clientèle rassurée, est de retour.

Le maire de Biarritz, interviewé, a dit que l’on pourrait autoriser le public à se baigner et à surfer, mais pas à s’étendre sur la plage, ce qui limite virtuellement l’accès à la plage aux résidents, un autre maire prévoit la possibilité aux plagistes d’occuper une partie du domaine public pour installer leurs transats, ce qui suppose que celui-ci soit suffisamment vaste pour l’accueil du public, qui fréquente les plages publiques, il y a toujours des solutions.

Quant aux magasins qui, ils auront à limiter l’accès des clients, en accord avec le personnel, ceci vaut aussi, en cas de reprise du travail dans les bureaux et les ateliers, dont les détails ne relèvent pas des pouvoirs publics.



Booking.com

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.