Faits d'actualitéRéflexions
A la Une

Les Français ont retrouvé la liberté de circuler le 15 décembre mais tout n’est pas comme avant

Le ministre des transports leur a dit « vous aurez 100 % de trains qui seront disponibles et les billets seront échangeables et remboursables jusqu’au départ du train », surtout si celui-ci ne part pas, suite à un nouveau confinement, ce qui fait qu’il n’y aura aucun risque de prendre un billet de train.

Il dit avoir demandé à la SNCF de renforcer son protocole sanitaire, ce qui va réduire la capacité d’accueil des voyageurs, mais il a ajouté qu’il n’y aura pas d’engorgement des trains, alors que personne n‘en sait rien, car cela dépendra du nombre de voyageurs, qui veulent prendre le train pour retrouver leur famille à l’autre bout de la France, imaginons une ruée sur les trains pour Noël.

Pour prendre l’avion, cela sera plus compliqué, le ministre des transports a dit que l’offre de billets sera triplée par rapport à la période de confinement et que là aussi les billets seraient remboursables et échangeables jusqu’au départ.

Selon le ministre, le même principe s‘appliquera pour les voyages d‘outre-mer ou à l’étranger, mais ils restent toutefois tributaires des éventuelles obligations de quarantaine ou de tests PCR exigés au départ ou à l’arrivée par tel ou tel pays.

Interrogé sur le fait que la compagnie aérienne australienne Quantas a annoncé qu’elle exigerait des passagers qu’ils soient vaccinés contre la Covid-19, le ministre des transports a estimé que la compagnie s’était exprimée un peu vite et qu’elle n’avait d‘ailleurs pas été soutenue par le gouvernement Australien.

Ce n’est pas une compagnie aérienne ou un opérateur ferroviaire qui décide du caractère obligatoire ou non des vaccins, ce sont bien les autorités sanitaires gouvernementales qui en décident a-t-il ajouté, d’autant plus qu’en France, la vaccination contre la Covid-19 ne sera pas obligatoire.

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.