Accueil / Pourquoi / Les commandes entraînent les commandes

Les commandes entraînent les commandes

foule1404Bonne nouvelle pour l’entreprise Dassault, et pour la France, avec la commande d’avions militaires Rafales par l’Inde, qui fait suite à celle passée par l’Égypte.

Il est probable qu’avec ses 2 premiers clients, autre que l’armée française, que des commandes de Rafales soient décrochées par Dassault.

Parce que les clients attirent naturellement d’autres clients.

Comme personne ne commandait d’avions rafales alors (oui c’est un pléonasme) cela conduisant à ce que personne ne commande d’avion rafale. Personne ne voulait être le premier.

C’est un cercle vicieux dont il est difficile de se sortir.

On le retrouve dans tous les secteurs.

Je me souviens du temps de l’ouverture du premier magasin d’informatique Surcouf, un immense magasin non loin de la gare de Lyon ( Paris ).

Très rapidement, de nombreux petits magasins d’informatiques se sont ouverts à proximité du grand magasin Surcouf. De prime abord, cela peut paraître idiot. Un client allant chez Surcouf n’ira pas dans ces petites boutiques. Et bien non, Surcouf faisait l’effet de l’appât qui va attirer nombre de clients intéressés par les produits informatiques.

Une clientèle qui se répartissait entre Surcouf et les petits magasins.

Si l’on prend les Champs Élysée, on pourrait imaginer que les magasins se répartissent entre les 2 trottoirs et bien non, ils sont principalement du côté pair.

Résultat, les passants ne se répartissent pas de manière équitable entre les 2 trottoirs, ils sont principalement du côté pair où il y a le plus de boutiques.

Et les enseignes entretiennent cela en privilégiant le trottoir pair. Mais, il y a tout de même de grandes enseignes sur le trottoir impair, mais avec beaucoup moins de monde.

Et oui, c’est comme cela, le monde attire le monde.

Prenez dans une même rue, proche l’un de l’autre 2 bistrots, l’un vide et l’autre avec de la clientèle. D’instinct les passants qui veulent s’arrêter prendre un verre, iront verre le bistrot qui a le plus de clients (sauf s’il est plein).

Et si on les questionne, ils expliqueront – sans doute – qu’ils ont été vers le bistrot où il y a déjà des clients parce que cela inspire confiance (il y a du monde donc c’est bon établissement).

C’est ce qui devrait se passer avec l’avion militaire Rafale.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Je me rends compte que j’arrive très facilement à parler de n’importe quel sujet, la page blanche ne me fait pas peur. L’écriture est quelque chose de passionnant, une fois le sujet trouvé et délimité, je laisse courir mes doigts sur le clavier et les idées s’enchaînent, mais parler de moi c’est difficile. Depuis plus de 30 ans, j’ai toujours été indépendant. Ainsi, au fil des décennies, j’ai rempli de nombreuses missions : enseignement, conseil stratégique, gestion de crises, organisation, conseil en organisation informatique (et développement de logiciel), coaching de groupe et individuel. Puis, au début des années 1990, sans laisser tomber mes missions de conseil, j’ai participé à la conception et à l’animation du magazine professionnel RiskAssur (site du magazine : https ://www.riskAssur-hebdo.com). Je suis au sein de RiskAssur à la fois Directeur de la Publication et en charge du développement. Enfin, depuis le début de 2015, je suis le Rédacteur en Chef de Notre-Siècle (http ://notre-siecle.com), le site sur lequel vous vous trouvez actuellement.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Booking.com