InfosRéflexions
A la Une

Le train des primeurs ne sera pas replacé par 50 camions !

Le train des primeurs, un convoi ferroviaire qui transportait tous les jours, depuis Perpignan autant de fruits et légumes que cinquante camions qui avait été suspendu au mois de juillet sera remis en service au mois de décembre.

Ce train ne sera plus exploité par la SNCF, mais par une société privée, avec un tracé légèrement modifié, il ne reliera plus Perpignan au marché de Rungis mais à la plateforme multimodale de Valenton dans le Val de Marne située à quelques kilomètres de Rungis.

Pour justifier la suppression de ce service, le secrétaire d’Etat au transport avait mis en cause à l’époque une diminution progressive du volume de marchandises transportées et non à la dégradation du service offert par la SNCF comme affirmaient d’autres, des délais et des annulations et des wagons frigorifiques qui n’étaient pas à la hauteur, mettant en cause la qualité du service.

Il est exact qu’il existait aussi une modification de la demande, dans la mesure où la grande distribution avait elle-même favorisé des solutions de transport direct par camions.

Il reste à résoudre la question la plus sensible, celle de rendre viable le modèle économique pour ce train, qui passe par son utilisation par un fret de retour, pour transporter des marchandises dans les deux sens, qu’il reste à trouver.

Depuis 1986, quelques 1 200 tonnes de produits primeurs étaient acheminées chaque jour de la saison haute, de novembre à juillet, dans des wagons réfrigérants, de Perpignan jusqu’au marché de Rungis, qui se présente comme le plus grand marché du monde, avec des débouchés correspondants, des fruits et légumes originaires pour beaucoup d’Espagne et du Maroc.

Le contrat passé avec la SNCF par deux transporteurs était arrivé à échéance, pour assurer cette liaison et ne devait pas être renouvelé, notamment du fait de la vétusté des wagons frigorifiques, qui accusaient quarante années de services.

La reprise de la circulation du train était bloquée par le délai de commande et de construction de nouveaux wagons par la SNCF et leur coût estimé à 20 millions d’euros, ce qui explique sa reprise par une société privée, la SNCF en assurera la traction sur son réseau.

Tags

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.

Fermer