Accueil / Réflexions / Le tatouage est à la mode comme le port de la barbe, mais il est moins facile à enlever

Le tatouage est à la mode comme le port de la barbe, mais il est moins facile à enlever

Si le tatouage marque une volonté de se singulariser, de se réapproprier son corps, les raisons qui l’ont justifié en son temps ne demeurent pas toujours, mais des solutions existent pour tout effacer, mais il faut savoir qu’elles sont longues, douloureuses et onéreuses et doivent être faites par un spécialiste confirmé.

Il faut le savoir et ne pas se faire tatouer sur un coup de tête, alors que c’est en principe pour la vie, si l’encre d’un tatouage se veut pérenne, la raison qui l’ont justifié ne le demeure pas toujours, il arrive un moment où l’on pense que c’était une mauvaise idée, mais c’est trop tard pour l’effacer d’un claquement des doigts.

Le détatourage s’en suit rarement, même s’il est la manifestation d’une décision majeure, non menée à son terme, à cause des difficultés qui l’entourent que nous avons cité plus haut et changer de peau a surtout un prix.

Cette question risque de concerner un jour les 16 % des Français qui se sont fait tatouer et 2017, selon les indications fournies par le président du syndicat des artistes tatoueurs, le SNAT, car tatouer est un art.

Ce pourcentage peut surprendre, mais il prouve que le tatouage est à la mode, comme le port de la barbe et gagne du terrain, plus chez les femmes que chez les hommes et près d’un tiers sont des jeunes de 18 à 24 ans.

Selon un sondage IFOP réalisé pour le SNAT en novembre 2016, seulement 1 % des personnes tatouées se sont fait détatouer, bien que l’on ait le droit de se tromper, surtout si on le fait trop jeune et mal informé sur les possibilités de faire marche arrière.

Beaucoup se font tatouer trop jeune, à des endroits trop visibles comme le cou ou les mains, alors que le tatouage n’est pas fait pour être retiré.

Ensuite, tout est une question de goût, qui trop souvent fait défaut.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.