Faits d'actualitéInfosRéflexions

Le Père la Fouine n’aurait pas apprécié le complot la conspiration et la trahison que vient d’évoquer Carlos Ghosn

Dans une vidéo, enregistré avant de retourner en prison, l’ex PDG du groupe automobile Renault-Nissan-Mitsubishi, le plus important au monde, plus grand que Volkswagen, dit que certaines personnes chez Nissan se sont senties menacées par l’alliance avec Renault, mais sans donner de noms.

En fait, il a bien donné des noms, que son avocat local aurait effacés de la bande, avant diffusion, pour assurer sa sécurité.

Ce n’est pas une histoire de cupidité, de dictature d’un homme, c’est une histoire de complot et de trahison a déclaré fortement Carlos Ghosn, évoquant clairement une conspiration tramée par les actuels dirigeants de Nissan, « une poignée de directeurs exécutifs qui d’évidence, dans leur intérêt personnel et à cause de leurs craintes égoïstes, détruisent énormément de valeur ».

Certes, il a été trahi par son entourage chez Nissan, qui ne pouvait pas ignorer l’instruction en cours, qui lui a valu quatre inculpations pour fraude fiscales et d’abus de bien sociaux, pour la dernière il vient de retourner en prison, alors qu’il venait de retrouver sa liberté (plus que surveillée), après versement d’une forte caution.

Informé de ce qui se tramait contre lui, il serait tranquillement resté dans une de ses demeures, en France ou ailleurs, en attendant que la justice nipponne se déchaîne, en son absence et c’est à ce niveau que pourrait se situer la trahison, il ne s’est pas assez méfié de ses « amis ».

Tombé dans le piège, sa liberté est en cause et c’est à lui de prouver désormais son innocence, qui au Japon, contrairement à la France, n’est pas présumée.

En France, c’est son honneur on préfère laisser en liberté un coupable que de mettre en prison un innocent, c’était déjà le cas du temps de la peine de mort, mais cela ne semble pas être le cas au Japon.

Si le juge qui instruit cette affaire est persuadé, comme il l’a dit, de la culpabilité de Carlos Ghosn, il faut attende le procès et le jugement définitif.

Tags

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.