Faits d'actualitéRéflexions
A la Une

Le chef de l’État s’est adressé aux Français sur Twitter

Après avoir laissé au Premier ministre Jean Castex le soin d’annoncer, depuis l’Élysée, le tour de vis qu’il a décidé d’appliquer, à l’issue du conseil de défense, il a écrit, après avoir estimé que la France vivait des moments cruciaux contre l’épidémie due au coronavirus « J’ai confiance en nous, faisons tout pour freiner l’épidémie ensemble » alors que le gouvernement cherche à empêcher un nouveau confinement, qui paraissait inévitable depuis quelques jours.

Le dernier bilan quotidien du coronavirus publié par l’agence de sécurité sanitaire Santé public France précisait que le nombre de personnes hospitalisé a augmenté de 1 178 en vingt-quatre heures, certes moins que la veille, mais tout de même à un niveau très élevé, pour passer à 27 242 patients.

Le nombre de cas confirmés a par ailleurs augment » de plus de 24 000, contre moins de 23 000 supplémentaires, enregistrés la veille, quant au taux de positivité, il a reculé de 0,1 % , passant de 7 % à 6,9 %.

L’épidémie a également fait 242 morts supplémentaires à l’hôpital en vingt-quatre heures portant le bilan à plus de 53 100 décès, depuis le 1er mars 2020.

Une nouvelle vague de contaminations est à craindre, notamment en raison des effets possibles du variant anglais mais peut-être pourrions-nous l’éviter, espère le ministre de la santé Olivier Véran, dans une interview au journal du dimanche du 31 janvier, plusieurs semaines après sa généralisation, ça peut que signifier que l’effet du couvre-feu se fait sentir, poursuit-il.

Cependant, les résultats de la deuxième enquête flash sur le variant anglais notamment, que le ministère de la santé vient de recevoir, montrent que sa circulation s’intensifie de 50 % chaque semaine, mais de manière moins intense qu’à l’étranger.

Pour le ministre de la santé, la légère décélération des contaminations peut nous permettre d’observer durant quelques jours, ce qui va se passer.

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.