InfosRéflexions
A la Une

L’apprentissage est devenu un passeport pour l’emploi

Les Français découvrent progressivement l’apprentissage, ainsi en juin dernier on dénombrait 458 000 contrats de ce type en France, un record, en augmentation de 8,4 % par rapport à 2018, qui était déjà une excellente année à cet égard.

Nous pouvons battre d’autres records cette année affirmait le ministère, lors d’un bilan de mi-parcours, rendu public en septembre dernier, à cette époque 172 540 nouveaux contrats avaient été signés depuis le début de l’année, alors que la réforme contenue dans la loi du 5 septembre 2018, va entrer pleinement en vigueur le 1er janvier 2020 où les branches professionnelles prendront le relais, et aussi le cordon de la bourse.

Longtemps boudé en France, ce mode de formation, en alternance, en cours et en entreprise, est en plein progrès, avec cependant un point d’interrogation, pourquoi les jeunes les moins qualifiés ne sont pas ceux qui en profitent le plus.

Malgré cet engouement, l’apprentissage semble de plus en plus s’éloigner de sa cible initiale, celle des moins qualifiés, dont les difficultés d’accès au marché du travail sont les plus grandes.

En effet, la hausse globale du nombre de contrats cache une forte disparité, la progression du nombre de nouveaux contrats est de 15% pour les étudiants du supérieur, mais de 0 % seulement pour les jeunes du niveau bac ou en dessous.

On constate un très fort intérêt pour les contrats l’apprentissage dans les grandes écoles de commerce ou d’ingénieurs, particulièrement au niveau master, pour se former et pour financer ses études, tout en faisant son entrée dans la vie professionnelle.

Plus d’un étudiant sur trois est embauché à l’issue de son contrat d’apprentissage et, pour 84 %, d’entre eux, en CDI, ce qui est un vrai passeport pour l’emploi, selon la présidente de la Conférence des grandes écoles, dont les établissements comptaient plus de 31 000 étudiants en apprentissages en 2018-2019.

Dans l’artisanat, le nombre d’apprentis de plus de 26 ans a augmente de 51 % depuis le 1erjanvier 2019, depuis que la loi permet d’entrer en apprentissage jusqu’à 30 ans.

Le tout est de savoir qu’elle sera l’évolution des carrières de ces ex-apprentis, diplômés d’études supérieures.

[amazon_link asins=’B07SR15HLC,B07YD2V2T1,B07VC3YX1X,B07YD29F1Q,B07SD2DGDV,B07PM1ZHB3,B07TVSRLY5,B07YD2QLCW,B071GNG3BG,B07Q1MYXLR’ template=’ProductCarousel’ store=’notresiecle-21′ marketplace=’FR’ link_id=’2e402c12-91ab-47b5-af17-c956fc25201f’]
Booking.com

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.