Faits d'actualitéRéflexions
A la Une

La plateforme Covireivac va démarrer plusieurs essais

L’Inserm recrute des volontaires pour des essais de phase 2 visant à étudier les réponses immunitaires chez les personnes âgées pour lever les doutes autour du vaccin AstraZenka qui arrive en France.

Le groupe anglo-suédois à l’origine du vaccin AstraZeneka avait sollicité le concours de l’Inserm pour réaliser ces essais, on va commencer les essais, on attend juste les vaccins explique l’infectiologue, les volontaires ayant déjà été sélectionnés, 120 de plus de 65 ans, 60 de plus de 70 ans.

Les résultats seront comparés à ceux d’une population âgée de 18 à 45 ans, dans le but d’étudier finement la capacité à produire des réponses immunitaires sur des individus dont le système immunitaire est généralement affaibli, alors même qu’ils sont plus à risques de développer des formes graves de la maladie.

Des accords ont été passés avec CuneVac dont le vaccin, pas encore approuvé par les autorités sanitaires européennes et Pfizer-Bio-OnNTech de plus en plus distribué en Europe, actuellement pour des essais ciblés sur les personnes âgées, ils devraient démarrer en février / début mars avec une comparaison des effets avec deux doses et une dose.

On entreprend des essais sur des vaccins qui ont déjà obtenu leur autorisation de mise sur le marché par manque de données fines, pour avoir été développé rapidement, les essais vont pouvoir les comparer et savoir lequel à la meilleure réponse immunitaire ou la meilleure durée de protection.

L’Inserm prépare par ailleurs la mise en place de cohortes vaccinale, les volontaires de Covirei vont se faire proposer d’en faire partie en visant notamment à obtenir des données sur la population les plus à risques de développement une forme grave en cas d’infection, l’un des objectifs des cohortes sera aussi d’apprécier la survenance d’un échec du vaccin en lien avec les variants.

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.