InfosRéflexions
A la Une

La livraison de neige par un hélicoptère pour faire du ski est une hérésie

Il est inconcevable que l’idée de faire livrer de la neige pour faire du ski en France puisse germer, par le temps qui court, dans un esprit sein, pourtant, cela vient d’arriver dans la station de ski pyrénéenne Luchon-Superbagnères, pas plus tard que la semaine dernière.

Je ne l’aurais pas cru, si je n’avais pas vu le reportage à la télé, montrant un hélico, avec un sac de neige sous le ventre, déposant son chargement en haut d’une piste, sous le regard ébahi du public.

J’ai pensé à un ami, qui n’est plus de ce monde, qui aurait dit « ça peut pas être vraie ».

A la réflexion, je crois qu’il ne peut s’agir que d’une décision collective, prise au moins à trois qui dans l’esprit des gens dilue les responsabilités mais ce qui en droit, n’est pas exact.

Les skieurs présents ont certainement apprécié, à l’instant T, cette manne venue du ciel, on ignore si la station a amorti le coût de cette opération qui, par contre fait parler d’elle, puisque la télévision était sur place, pour montrer son exploit.

Une chose est certaine, la décision de se faire livrer 50 tonnes de neige par hélicoptère a visiblement fait bondir la ministre de la transition écologique et solidaire, préoccupé par la lutte contre le réchauffement climatique, dans laquelle les hélicoptères jouent un rôle négatif, justifié par des opérations de sauvetage, mais pas pour livrer de la neige.

Pour elle, enneiger des stations de sports d’hiver par hélicoptère n’est pas une voie possible, même si en France le principe veut que tout ce qui n’est pas interdit est autorisé, donc la station qui s’est fait enneiger de la sorte, n’a pas commis de délit.

Cependant, la ministre compte réunir les acteurs concernés, avec le secrétaire d’Etat au tourisme car elle a certainement des choses à leur dire.

Tags

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.

Fermer