Accueil / Interviews / Interview exclusive de Philippe Gelis, CEO et fondateur de Kantox

Interview exclusive de Philippe Gelis, CEO et fondateur de Kantox

philippegelisNotre-Siècle

On entend de plus en plus souvent parler de FinTech, mais tout le monde ne sait pas précisément ce que c’est. Pourriez-vous nous expliquer, brièvement, ce qu’est la FinTech ?

Philippe Gelis

Les FinTech sont des entreprises qui exploitent les nouvelles TECHnologies pour construire des modèles économiques novateurs au sein de l’industrie FINancière. En d’autres termes, les entreprises qui créent des produits innovants à des prix transparents et équitables.

Notre-Siècle

Comment avez-vous eu l’idée de créer Kantox ? Quelles sont ses principales activités ?

Philippe Gelis

Lorsque nous travaillions chez Deloitte, mon co-fondateur Antonio Rami et moi-même avons eu un client qui réalisait beaucoup d’opérations sur le marché du Forex (« Foreign exchange ») et qui payait d’énormes commissions sur chaque transaction. Nous avons essayé de les aider à négocier avec leur banque, mais nous nous sommes vite rendu compte que c’était complexe et coûteux. Il était alors clair pour nous, que l’industrie du Forex était inefficace et donc mûre pour l’innovation. Kantox a été construit pour apporter de la transparence dans le secteur de l’échange de devises à un secteur sous-desservi du marché.

En 2010, nous avons participé à une compétition de start-up de 54 heures : Start-up Weekend. C’est à cette occasion que j’ai rencontré notre CTO, John Carbajal et formé une équipe. L’année suivante, nous avons remporté un prix de 25 000 € au concours de start-up OMExpo Investor Day. Cela nous a fourni un signe clair que les gens prenaient notre démarche au sérieux et m’a incité à quitter mon emploi chez Deloitte pour me focaliser sur Kantox à temps plein.

Pour résumer, Kantox est une FinTech multinationale offrant des solutions de gestion du change. Nos produits et nos solutions permettent à nos clients de gérer le risque lié au change, d’établir des stratégies de couverture, d’automatiser les transactions et d’effectuer leurs paiements internationaux intelligemment.

Notre-Siècle

Qui sont les clients de Kantox ?

Philippe Gelis

Toute entreprise qui fait des affaires à l’échelle internationale, que ce soit avec des clients ou des fournisseurs, et est à la recherche d’un moyen plus efficace et transparent de se prémunir contre les fluctuations de change et les risques associés. Nous avons désormais plus de 2 000 entreprises clientes dans 20 industries, allant des petites entreprises aux sociétés de moyenne capitalisation avec des revenus pouvant atteindre des milliards. Ces dernières ont échangé plus de 3 milliards de dollars dans 20 pays depuis le lancement de Kantox en 2011.

Notre-Siècle

On parle beaucoup de la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union Européenne, du Brexit. À votre avis, quels sont les risques sur les devises (livres sterling et euro) et pour les entreprises à court ou moyen terme ? Et à long terme ?

Philippe Gelis

En ce qui concerne le marché des changes, l’effet immédiat du référendum a été une baisse de 15 % de la livre, et en fonction de la façon dont les négociations autour du Brexit aboutiront, nous ne pouvons évacuer la possibilité d’une nouvelle baisse de 5 à 10 % au cours des 6 à 10 prochains mois.

Bien que cette baisse puisse constituer un avantage pour les exportateurs britanniques, elle représente un sérieux obstacle pour les entreprises européennes exposées à la livre. Les exportateurs pour lesquels le Royaume-Uni est un marché stratégique, et particulièrement l’industrie du tourisme européenne, devraient absorber une hausse de 10 % sur la valeur de l’euro. Si elles n’ont pas adopté des mesures de couverture appropriées, cela signifierait avoir à choisir entre aligner leurs prix sur la livre en conséquence – et perdre en ventes – ou sacrifier leurs marges bénéficiaires afin de maintenir leur part de marché.

Sur le long terme, tout dépendra de l’état du Royaume-Uni et des accords commerciaux noués avec l’UE. Le Royaume-Uni sera un membre de l’Union jusqu’en 2019, et plus loin, je suis optimiste. Je pense que le bon sens prévaudra, dans l’intérêt des deux parties, même si nous sommes susceptibles de passer par des turbulences et comme d’habitude par une sur-réaction des marchés de change. Les entreprises internationales ont les outils pour protéger leurs secteurs d’activité contre ces mouvements, et il serait irresponsable de ne pas en faire usage. En quelques mots, cela va être un exemple parfait de la survie du plus fort.

Notre-Siècle

Parlons politique : 2 élections présidentielles à l’horizon. Fin 2016 aux Etats-Unis et mi-2017 en France. Les résultats de ces élections auront-ils un impact durable sur les monnaies, notamment le dollars et l’euro ?

Philippe Gelis

L’élection américaine a toujours un impact significatif sur les marchés des changes, et cette fois il sera essentiel. L’un des candidats se montre fortement opposé aux traités commerciaux internationaux, et sa victoire pourrait déclencher de forts pics de volatilité des devises, comme effet immédiat, et pourrait devenir une tendance constante une fois qu’il commence à mettre en œuvre sa politique.

Trump a annoncé son engagement contre la politique du « dollar fort », sa volonté de renégocier les termes de la dette publique des États-Unis et a suggéré une guerre commerciale avec la Chine. À mon avis, il serait préférable de ne pas voir quelles sont les conséquences de ces politiques sur l’euro, le dollar et l’économie mondiale en général.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Je me rends compte que j’arrive très facilement à parler de n’importe quel sujet, la page blanche ne me fait pas peur. L’écriture est quelque chose de passionnant, une fois le sujet trouvé et délimité, je laisse courir mes doigts sur le clavier et les idées s’enchaînent, mais parler de moi c’est difficile. Depuis plus de 30 ans, j’ai toujours été indépendant. Ainsi, au fil des décennies, j’ai rempli de nombreuses missions : enseignement, conseil stratégique, gestion de crises, organisation, conseil en organisation informatique (et développement de logiciel), coaching de groupe et individuel. Puis, au début des années 1990, sans laisser tomber mes missions de conseil, j’ai participé à la conception et à l’animation du magazine professionnel RiskAssur (site du magazine : https ://www.riskAssur-hebdo.com). Je suis au sein de RiskAssur à la fois Directeur de la Publication et en charge du développement. Enfin, depuis le début de 2015, je suis le Rédacteur en Chef de Notre-Siècle (http ://notre-siecle.com), le site sur lequel vous vous trouvez actuellement.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Booking.com