Faits d'actualitéIdéesRéflexions
A la Une

Et si Covid marquait la fin du cinéma en salle !

Beaucoup comptaient sur la réouverture des salles obscures pour le 15 décembre, mais également des théâtres et autres activités culturelles.

Mais Jean Castex, le Premier ministre, face l’état sanitaire a dû prendre la décision de repousser la réouverture en indiquant simplement qu’un état des lieux est prévu pour le 7 janvier 2021.

Le non-recul de la Covid-19, le nombre de contamination est largement au-dessus de l’objectif fixé de 5 000 cas/jours est dû aux températures qui baissent ce qui permet à ce coronavirus de mieux se propager et aux comportements déviants d’une trop grande partie de la population en France.

Le problème, pour le cinéma d’autres habitudes commencent à être prises, à la fois par les spectateurs et les producteurs.

Les spectateurs ont de meilleurs équipements que par le passé pour regarder des films, ils ne se contentent plus d’une petite télévision. Ils ont de très grands écrans ou vidéo-projecteurs, amplificateurs et enceintes de grande qualité et à disposition une multitude films et autres programmes en VOD.

Les producteurs face à la fermeture des salles depuis trop longtemps changent leur fusil d’épaule, tel que Disney qui a annoncé la sortie de prochains films sans passer par la case cinéma, directement sur sa plateforme Disney en VOD.

Le cinéma est né en 1895, inventé par les frères Lumière (un nom prédestiné) même si la paternité est contestée outre-Atlantique, avec une première projection publique à Paris, au Grand Café 14 du boulevard des Capucines le 28 décembre.

Il y a un peu plus de 120 ans, c’est tout.

Les frères Lumière ne croyaient à son utilité comme spectacle, peut-être a-t-on atteint un nouveau changement. Ne remettant pas en cause les spectacles « en boîte » contrairement aux théâtres mais le cinéma de papa. Ces films formatés en 5 bobines de 20 minutes chacune (c’était le format des bobines en 35 mm pour les projecteurs). Le numérique en salles a ouvert la porte au numérique chez les particuliers, qui peuvent s’installer dans une pièce dédiée ou dans leur séjour une mini-salle de cinéma privé.

Par ailleurs il y a une attente de programme très court et conçu pour être regardé sur un écran de smartphone. Très loin du cinémascope sur grand écran et des films durant plus 90 minutes.

Covid-19 a peut-être, simplement accéléré un changement, comme dans le monde du travail de bureau avec la généralisation du télétravail, dans le monde du cinéma c’est la non nécessité d’aller en salle pour apprécier un spectacle préenregistré.

Olivier Kauf

Consultant depuis plus de 30 ans, Je suis depuis une dizaine d'années journaliste, professionnel dans le domaine des risques et des assurances pour le e-mag RiskAssur-hebdo (https://www.riskassur-hebdo.com) et témoin de mon époque pour https://notre-siecle.com et https://perelafouine.com RiskAssur, Notre-Siècle et PèreLaFouine proposent chaque jour de nouveaux articles issus de la rédaction : la vie des sociétés (nominations, acquisitions, accords, …), des tests/présentations de produits, des ouvrages (professionnels, romans, bd, …), … Je peux : - présenter vos produits ou nouveaux ouvrages (il suffit de me les envoyer) - écrire sur des sujets à la demande pour du référencement SEO - publier vos communiqués de presse - Publier vos AAPC - … Une question, une remarque : olivier@franol.fr

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.