Accueil / Dérèglement climatique / En janvier les effets du changement climatique étaient catastrophiques en Australie

En janvier les effets du changement climatique étaient catastrophiques en Australie

Une fidèle lectrice de Notre-Siècle nous a communiqué un article de presse qui relate les effets du changement climatique en Australie, qui était catastrophique, dans l’hémisphère Sud, où c’est l’été quand chez nous c’est l’hiver, pour nous donner une idée de ce que nous risquons, à brève échéance.

En Australe, dans cet immense pays-continent les conséquences du changement climatiques étaient particulièrement visibles en janvier dernier, tandis que le nord-est faisait face à des pluies de mousson exceptionnelles, le sud-est était confronté depuis des mois à une sécheresse historique.

En Australie méridionale, c’était la canicule avec des températures jamais enregistrées, où le thermomètre a atteint 49,5 °C le 24 janvier dans la région d’Adélaïde, les chauves-souris sont tombées mortes des arbres, des chevaux sont morts de déshydratation sous le soleil et des dizaines de milliers de poissons flottèrent à la surface de l’eau.

Plus au sud, en Tasmanie, de nombreux incendies ont rasé plus de 200 000 hectares de forêts et de terres agricoles, soit 3 % de la surface de cet État.

Dans le Queensland, l’été, de décembre à février n’a cessé d’être meurtrier, avec une sécheresse qui dure depuis sept ans.

Le feu a dévoré des milliers d’habitations et des villes entières, forçant les habitants à fuir et après une sécheresse de 7 ans, un déluge s’est abattu sur la région, avec 37 jours de pluies torrentielles, inondant les maisons en transformant les rues en rivières.

De cadavres de kangourous, dont c’est le pays, reposent dans les arbres et des milliers de bovins ont péri, on déplore la perte de 500 000, tandis que la Grande Barrière de Corail est à nouveau menacée.

Cependant, l’Australie qui est l’un des principaux pays pollueurs au monde, par tête d’habitant, sinon le premier, ne se remet pas en cause et son développement économique, par le développement des exportations de charbon, a été décrété prioritaire.

À propos Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.