Accueil / Faits d'actualité / En France aussi les infrastructures de transports sont mal entretenues

En France aussi les infrastructures de transports sont mal entretenues

L’effondrement catastrophique d’un élément du viaduc de Morandi qui surplombe Gênes en Italie, un axe routier majeur, fréquenté par de nombreux automobilistes français, dont quatre comptent parmi les victimes secoue l’Italie, mais résonne aussi en France.

Il se trouve qu’un récent audit commandé par le ministère des transports a rappelé que le patrimoine routier français, composé de routes nationales et départementales, était fragilisé par des décennies de manque d’entretien.

Il faut y ajouter le réseau routier local des communes, les routes vicinales alors que les autoroutes concédées, à péages, sont entretenues par les concessionnaires, dont c’est la responsabilité.

Le réseau routier français est entrecoupé par 200 000 ponts et ouvrages d’art, dont certains sont spectaculaires et parfois fort anciens et lorsqu’on parle d’infrastructures de transport, il faut aussi parler du rail et des canaux, à contrôler et à entretenir.

Le réseau routier français, dont il est question ici, apparaît particulièrement vulnérable selon l’audit commandé par le ministère des transports, fragilisé par des décennies de manque d’entretien.

C’est la maladie commune à toutes les infrastructures, aux conséquences potentiellement dramatiques, pouvant entraîner une catastrophe comme celui qui vient de se produire à Gênes.

Après un tour d’horizon des réseaux les plus vulnérables, le gouvernement doit annoncer, à la rentrée, une loi de programmation des infrastructures, en sachant qu’il n’est pas possible, de rattraper, pour des raisons financières mais aussi techniques, des décennies de retard.

Il faut parer au plus pressé et compter sur la chance pour qu’il n’arrive rien.

L’audit réalisé par deux sociétés suisses sur les 10 000 km et les 12 000 ponts du réseau routier national concédé au privé permet de voir plus clair.

On sait qu’un pont sur trois est à réparer et que 17 % des chaussées nécessitent des réparations structurelles, par suite de vétusté.

Les 360 000 km de routes départementales ne doivent pas être dans un meilleur état vu la baisse des dotations consacrées à leur entretien et c’est l’Observatoire national de la route qui mène actuellement une analyse de l’état de ce patrimoine.

Selon un membre du Conseil d’orientation des infrastructures, le COI, le réseau routier français est très performant, il se dégrade rapidement, mais sans péril immédiat, sans urgence absolue dans les cinq ans à venir, mais plus on attendra, plus ça coûtera cher.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.