Accueil / Infos / Emmanuel Macron doit rassurer les Français riches que ses prédécesseurs ont fait fuir

Emmanuel Macron doit rassurer les Français riches que ses prédécesseurs ont fait fuir

Le nombre de départs de riches Français, à l’étranger, pour ne pas payer en France l’impôt sur la fortune, sur le revenu et sur les successions a continué à augmenter, durant ces dernières années.

D’après un document remis par la Direction générale des finances publiques, la DGFIP aux parlementaires et dont la presse a pu prendre connaissance, le nombre de contribuables déclarant plus de 100 000 euros de revenu et quittant la France a plus que doublé entre 2011 et 2015, la dernière année connue, passant de 2024 à 4 326.

Le chiffre des contribuables dotés de plus d’un million de revenu fiscal de référence a été multiplié par 2,3 passant de 38 à 89 en 2015, avec une pointe de 158 départs en 2012, l’année de l’élection de François Hollande.

Le rythme des départs des redevables de l’ISF, dont le patrimoine est supérieur à 1,3 million d’euros à cru de 555 en 2011 à 756 en 2015 en liaison avec l’ « exit taxe », réinstaurée en 2011 et dont Emmanuel Macron vient d’annoncer la suppression, après avoir allégé l’impôt sur la fortune des placements financiers.

Cette décision lui a valu la qualification de « président des riches » que François Hollande, à l’occasion d’une récente interview à la télévision a corrigé en « président des très riches », ce qui prouve qu’il n’a pas perdu la pratique de l’humour, mais arrivera-t-il à les faire revenir ?

Un artiste connu, installé sur le bord suisse du lac de Genève explique que l’air y est meilleur qu’en France, alors qu’un autre, décédé depuis, était parti s’installer au fin fond du Canton des Grisons, qui en fait, rêvait de devenir Monégasque.

Ces gens sont à plaindre car ils ne savent pas que l’argent, sauf à permettre d’en accumuler encore un peu plus, n’a de valeur que dans la mesure où l’on peut s’en servir utilement, que le jour de la mort venu, on n’emporte rien, sauf à risquer de laisser derrière soi des héritiers, qui s’entre-déchirent, par avocats interposés.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.