IdéesRéflexions
A la Une

Des Victimes du coronavirus sont bloqués sur un navire de croisière au large du japon

La même mésaventure est arrivée en ce moment à d’autres croisiéristes au large de l’Italie et risque de se reproduire ailleurs, il suffit qu’une personne à bord développe le coronavirus pour déclencher la mise en quarantaine immédiate du navire ce qui fait qu’il ne peut plus accoster nulle part.

Au Japon, les passagers et l’équipage du Diamond Privesse soit 2 666 passagers et les 1 045 membres d’équipage sont dans une situation particulièrement critique à cause de l’importance de la contamination, 61 cas ont été décelés depuis le 3 février sur 273 personnes considérées à risques examinées et qui ont été débarquées à Yokohama, à Tokyo et dans les villes voisines, en mesure de les prendre en charge, ce qui fait que le Japon soigne actuellement 86 malades, mais d’autres risquent de tomber malade à bord.

Les autorités poursuivent les examens des personnes à bord du navire qui sera immobilisé pendant quatorze jour au total, le temps d’incubation de la maladie, après avoir fait le plein de nourriture et de matériel médical, nécessaire à bord.

L’alerte a été donnée par les autorités hongkongaises qui ont informé le autorités nipponnes qu’un passager débarqué chez eux du Diamond Princesse était porteur de la maladie, mais entre-temps le navire avait fait deux escales, avant Yokohama, c’est ainsi que le virus peut se propager dans le monde.

Depuis le 4 février, les passagers ne peuvent plus circuler librement dans le navire, ils sont confinés dans leurs cabines, mais les passagers des cabines intérieures, sans fenêtres ni hublots, ont la possibilité de prendre l’air sur le pont supérieur, en accord avec les autorités locales.

Le personnel, qui a reçu des combinaisons de protection, dépose les plateaux repas devant les portes.

L’exploitant du navire s’est engagé de rembourser intégralement les passagers, qui une fois débarqués, sains et saufs, garderont un souvenir impérissable de leur escapade maritime.

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.