Accueil / Faits d'actualité / Des universitaires décrivent la fin possible de la vie sur Terre

Des universitaires décrivent la fin possible de la vie sur Terre

Il s’agit d’un groupe de scientifiques de l’université de Copenhague et d’Australie, associé à l’Institut allemand de recherche de Potsdam, qui dans une étude publiée le 6 août dans la revue PNSA alerte que si la Terre, comme elle prend le chemin, subit encore une hausse de deux degrés au cours des prochaines décennies, se transformera en étuve.

Cette prévision doit nous interpeller en France, alors que nous sortons tout juste, comme les autres pays européens d’une canicule longue et sévère, inhabituelle, à l’origine de feux de forêt, notamment en Suède, en Grèce et au Portugal, qui se multiplient à mesure que la planète se réchauffe et se dessèche.

Selon leurs conclusions, dans quelques décennies, dont ils ne peuvent pas prédire le nombre, la Terre sera confrontée à une hausse des températures de 4 à 5 °C plus haute qu’aujourd’hui, loin des + 2 °C à ne pas dépasser, décidé lors de la COP 21 de décembre 2015 à Paris, alors que nous sommes actuellement à + 1 °C.

Selon ces prévisions, des endroits sur Terre deviendront inhabitables, si la « terre étuve » devient progressivement une réalité.

Pour ces chercheurs, le point de rupture pourrait être atteint lorsque la température de la Terre sera supérieure de 2 °C à celle de l’ère préindustrielle, en sachant qu’elle augmente actuellement de 0,17 °C par décennie.

Cependant, estimer qu’une hausse de 2 °C, dont la moitié est déjà atteinte, est un point de non-retour, est nouveau.

Les chercheurs sont arrivés à cette conclusion en exploitant de précédents travaux scientifiques sur les points de rupture de la Terre, en examinant des périodes lointaines, comme du temps du Phocène, quand le niveau du CO2 dans l’atmosphère était de 400 ppm, comme aujourd’hui, mais d’origine naturelle, du fait de l’activité volcanique.

Ce constat nous laisse perplexe, nous qui ne sommes pas des scientifiques depuis que l’on entend « urbi et orbi » que le réchauffement atmosphérique est le fait de l’homme, alors il semble en fin de compte, qu’il y ait contribué, peut-être en l’accélérant.

On finira par présenter des excuses à Donald Trump.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.