Faits d'actualitéRéflexions
A la Une

Cette fois-ci le déconfinement est exclu mais il y aura des assouplissements du confinement

Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a donné cette information, en attendant l’intervention du Chef de l’État mardi soir, pour mettre fin à l’incertitude sur la crise sanitaire, en apportant de la clarté et un cap, selon ses propres paroles.

Selon le ministre de la santé qui a fait ses confidences au Journal du Dimanche, « Aujourd’hui, le niveau de circulation du virus dans le pays est le même qu’au moment du couvre-feu, il n’est pas question de deconfiner ».

Cependant, le nombre de patients en réanimation poursuit sa décrue pour le cinquième jour consécutif, ce qui réduit la pression exercée sur les hôpitaux selon les statistiques officielles publiées le 21 novembre.

Toujours, selon Emmanuel Macron, « Il n’y a pas de fatalité, les crises peuvent être, à la fin, des accélérateurs de progrès, nous devons être au rendez-vous de l’histoire et la France a tous les atouts, pour l’être ».

Gabriel Attal a précisé que les assouplissements du confinement se feront en trois étapes, au regard de l’évolution sanitaire liés à certaines activités, d’abord autour du 1er décembre, puis avant les congés de fin d’année, puis à partir du 1er janvier 2021.

Le confinement va se poursuivre et donc la limitation des déplacements aussi, une attestation pour se déplacer sera toujours nécessaire au-delà du 1er décembre, selon les explications du Premier ministre.

Le porte-parole du gouvernement a confirmé l’horizon d’une réouverture des commerces autour du 1er décembre, soulignant que le président est conscient des efforts consentis et attaché à la valeur du travail, mais que certains établissements, comme les bars et les restaurants, continueront à connaître des restrictions.

Pour les vaccins, la France a trois contrats signés et au moins trois autres très avancés et d’autres en discussion, avec en moyenne 30 millions de doses par contrat.

La question d’un vaccin obligatoire se posera quand on connaîtra les propriétés des vaccins, pas avant.

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.