Accueil / Pourquoi / Boissons alcoolisées et publicité

Boissons alcoolisées et publicité

verre1706La loi Evin encadre de manière très stricte toute communication commerciale concernant les boissons alcoolisées (vin, bière, alcool, …).

En ce moment l’un des points du bric-à-brac que fait passer le Ministre Macron concernera un assouplissement de la loi Evin. Ce qui ne manque pas de faire réagir.

La France est un pays vinicole, c’est à la fois un important aspect culturel, mais également économique (il ne faut pas se cacher la réalité).

Toutefois, il faut protéger tous les citoyens d’un fléau, dont il est très difficile de se sortir : l’alcoolisme. Il faut également, veiller à ce que les conducteurs ne prennent pas le volant après avoir trop bu (entre nous, ne pas boire de boisson alcoolisée avant de conduire me semble raisonnable).

Il est clair que s’il y a des publicités, cela va inciter les gens à boire, après tout, les pubs sont faites pour augmenter les ventes de tel ou tel produit et donc pousser à la consommation.

Mais, concernant les boissons alcoolisées, si assouplissement il y a au sujet de la publicité, il faudrait classer ces boissons et les endroits où la communication est possible.

En premier lieu, protéger les jeunes. Eux, ont la mauvaise habitude de chercher à s’enivrer très rapidement, en avalant à toute vitesse des alcools forts, mais ils ont aussi tendance à boire trop de bières.

Il faudrait interdire, totalement, toute publicité pour les alcools forts, dans l’actuelle loi Evin, ce n’est pas interdit. Il y a d’immenses placards de pub en pleine rue. Cela peut donner de mauvaises idées (il y en a plusieurs, autour de chez moi, non loin d’écoles).

Interdire toutes les publicités pour des boissons alcoolisées dans les supports destinés aux jeunes (magazines, réseaux sociaux, chaînes de télé, stations de radio, …)

Reste la question de la communication commerciale concernant le vin.

Sauf à être ivrogne et à boire directement au goulot (J’ai l’image du film de Jean Renoir de 1932 « Boudu sauvé des eaux » avec Michel Simon dans le rôle du clochard), le vin se consomme lors d’un repas ou d’un apéritif.

Ce n’est pas une boisson de jeunes qui cherchent l’ivresse, le vin est un accompagnement du repas. D’ailleurs, les vins sont choisis en fonction de ce qui va être servi à table.

Mais, le grand danger est de conduire en sortant de table après avoir bu. Comme disait une ancienne publicité de prévention « un verre ça, trois verres bonjour les dégâts ». C’est toute une éducation, faire en sorte que celui qui conduit ne consomme aucune boisson alcoolisée.

À la limite, on pourrait imaginer des communications commerciales pour tel ou tel vignoble. Cela ciblerait les amateurs de vins, à la recherche de quelques bonnes bouteilles pour compléter leur cave. Sans pousser à la consommation, ni ceux qui ne boivent pas, ni les jeunes à la recherche d’autres choses.

Mais, de toutes les manières, il faut faire quelque chose car la petite phrase « A boire avec modération » au bas des publicités actuellement autorisée, n’est que pure hypocrisie.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Je suis journaliste, mais aussi et peut-être surtout depuis quelques années, je suis un influenceur. Les internautes rejettent de plus en plus les publicités et recherchent de l’information au travers d’articles présentant de manière objective des produits ou des services. Aujourd’hui, tout le monde a le réflexe, avant d’acheter, de regarder ce que les internautes en disent. En tant qu’influenceur, je serais ravi de présenter vos produits ou services de manière objective et critique, mais positive pour rassurer les internautes qui hésitent avant de vous faire confiance. Je vous propose de publier les articles, que je peux écrire pour vous, soit sur RiskAssur, soit sur Notre-Siècle, en les recommandant à mes abonnés sur les principaux réseaux sociaux : LinkedIn, Viadeo, Tweeter, Google + et Facebook. Je suis à votre écoute pour répondre à vos besoins, vous pouvez me contactez à olivier@notre-siecle.com

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.