Accueil / Réflexions / Avec la multiplication des canicules le risque de déshydratation des séniors est à l’ordre du jour

Avec la multiplication des canicules le risque de déshydratation des séniors est à l’ordre du jour

Il est 15 heures passé, je suis devant mon ordinateur à la campagne, porte-fenêtre ouverte et malgré des arbres centenaires dans le jardin, dehors il fait 29 °C.

Je suis allé boire, après avoir écrit le titre de cette chronique d’été un grand verre d’eau fraîche, mais pas glacée, sans avoir réellement soif, et je crois avoir bien fait.

En cette saison particulièrement chaude, il ne s’agit pas de savoir si cette canicule est imputable au réchauffement climatique ou si elle est « normale » en cette saison, l’essentiel est de réagir, si on a en charge, à titre familial ou à titre professionnel, des personnes âgées, surtout si elles sont dépendantes, des seniors, comme il faut les appeler maintenant.

Actuellement, cela doit être la préoccupation majeure pour les aidants bénévoles et pour le personnel soignant en maison de retraite, car c’est en ce moment, par la chaleur qui sévit, que les séniors présentent un risque important, sans le savoir, en déficit hydrique.

En 2003, la canicule a fait 70 000 morts en Europe, dont 20 000 en France et cela peut se reproduire, si on n’y prend pas garde.

Depuis les responsables d’établissements qui hébergent des seniors sont dans l’obligation de mettre en œuvre chaque année un « plan canicule » qui prévoit le détail des mesures pour limiter les conséquences des fortes chaleurs sur les personnes fragilisées.

Il faut savoir que la diminution de la sensation de soif avec l’âge, est le problème essentiel, en période de forte chaleur,

Il faut créer des rituels pour les inciter à heure régulière de boire et à défaut, les faire bore régulièrement, malgré elles.

Là où le personnel soignant n’est pas disponible en nombre suffisant, il faut donner à cette tache une priorité absolue, sauf à pouvoir un jour, la confier à des robots, après avoir pu familiariser, dans le cadre d’un service d’aide à la personne des seniors susceptibles en bénéficier.

Des start-up y travaillent.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.