InfosRéflexions
A la Une

Aérer dix minutes trois fois par jour assainirait les lieux clos

Dans la mesure où la Covid-19 se transmet aussi par l’air, en aérant régulièrement les locaux clos, on diminue le risque de contamination.

La recommandation est tombée comme une évidence lors de l’entretien des journalistes avec le président Macron le 14 octobre, aérer dix minutes trois fois par jour est, selon le président, la quatrième règle barrière que tout le monde devrait suivre.

En effet, le Haut Conseil de la santé publique, le HCSP l’évoque dans bon nombres dans ses avis et des médecins le proclament depuis longtemps, mais on semble le découvrir maintenant.

Cependant, le conseil scientifique ne l’a mentionné que deux fois, croit-on savoir, dans ses avis à propos des municipales et des écoles.

Sans doute, cette mise en avant de l’aération doit beaucoup, en ce moment à une initiative Allemande, en effet le gouvernement allemand a prévu un budget de 500 millions d’euros, d’ici à 2024, pour la rénovation des systèmes de ventilation dans les bâtiments publics, qui n’est pas passé inaperçu, qu’il justifie par la lutte contre la contamination par le coronavirus.

La logique de cette mesure est simple, puisque le virus se transmet aussi par l’air, diminuer la concentration, en le diluant par un air renouvelé, abaisse les risques, c’est facile si la température extérieure permet d’ouvrir une fenêtre, voire de la laisser ouverte, mais plus difficile par mauvais temps ou quand il faut trop chaud ou trop froid à l’extérieur.

Cependant, pour les scientifiques, le principe de l’aération pose encore des questions, même si l’Organisation mondiale de la santé maintient que la transmission du SARS-CoV-2 par les aérosols n’a pas été démontrée, une accumulation d’indices montre que les postillons ou les gouttes exhalées restent en suspension dans l’air, ce qui justifie l’aération.

La difficulté est de déterminer l’importance de la ventilation, pour les scientifiques aérer 3 fois dix minutes par jour une pièce, ne veut rien dire, c’est nettement plus compliqué que ça, mais mieux que rien.

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.