InfosRéflexions

60% des salariés souhaitent décider eux-mêmes de leurs jours de présence au bureau

Selon le baromètre réalisé par Ipsos pour RingCentral, fournisseur mondial de solutions de communication, de réunions vidéo, de collaboration et de centre de contact dans le cloud, les Français privilégient le travail hybride et souhaitent avoir le choix de quand et du lieu où ils travaillent.

L’importance de la flexibilité

Les salariés français apprécient à la fois de se rendre physiquement au bureau et de rester travailler chez eux, mais ce qu’ils apprécient le plus, c’est d’être autonomes sur le choix de l’environnement et du planning de travail.

En effet, six salariés sur dix souhaitent pouvoir décider de leur jour de présence au bureau. 72% des salariés dont le travail se fait sur ordinateur, et qui sont prêts à reprendre  le chemin du bureau, le font sous un modèle hybride.

25% des personnes ayant été contraintes de revenir au bureau à temps complet, nourrissent un sentiment négatif vis-à-vis de ce plan de retour. Alors que si l’on se concentre sur les employés hybrides, seuls 8% d’entre eux sont insatisfaits du retour au bureau, lorsqu’ils peuvent choisir les jours de présence.

Le mix télétravail – bureau pour fidéliser ses employés ?

Le travail hybride est la formule de travail préférée des salariés français – parmi ceux dont le travail se fait sur ordinateur, ils sont 57% à travailler dans cet environnement flexible (vs 26% en 2021) – tandis que le travail en présentiel à temps complet, qui concerne 39% des employés, reste inchangé par rapport à l’an passé. Le 100% télétravail, en revanche, a connu une baisse considérable, avec seulement 4% des employés, soit une baisse de 30% par rapport à 2021. Les salariés considèrent désormais que le travail en présentiel, tel qu’ils l’ont connu avant la crise, et le travail 100% à distance présentent tous deux des avantages mais également de nombreux défis – tandis que le travail hybride peut à lui seul contribuer à trouver un meilleur équilibre (pour 52% des salariés).

44% des employés sont satisfaits de leurs conditions de travail actuelles et ce pourcentage grimpe à 53% chez les travailleurs hybrides.

Les travailleurs hybrides se sentent davantage productifs (37%) et motivés (30%), et étonnamment mieux connectés à leur collègues (34%) que ceux à 100% en présentiel ou en télétravail. La connexion avec les collègues est d’ailleurs le critère n°1 qui motive les salariés à revenir en présentiel au bureau, juste devant l’augmentation de salaire.

A l’inverse, le temps et le coût des déplacements sont les critères principaux qui incitent les salariés à rester en télétravail. Une donnée qui pourrait être chamboulée dans les prochains mois en lien avec la crise énergétique.

Tandis que, parmi les craintes des travailleurs hybrides, la perte de connexion à Internet est ce qui les inquiète le plus !

La “démission silencieuse” gagne du terrain

La “grande démission” est en train d’évoluer ; si peu de personnes envisagent activement de quitter leur emploi actuel, la démission silencieuse – qui consiste à ne faire que le minimum requis dans ses fonctions – est beaucoup plus fréquente. En effet, moins d’un salarié sur 10 (8 %) envisage activement de quitter son emploi – bien que 62 % disent y penser au moins de temps en temps. Les explications à ce phénomène sont nombreuses : désillusion, manque de reconnaissance professionnelle ou salariale, épuisement professionnel, impossibilité de démissionner…

Il est important de souligner que les salariés qui sont satisfaits de leur rythme sont les moins susceptibles de songer à démissionner – or, les travailleurs hybrides et à distance sont les plus satisfaits. Proposer des modes de travail qui conviennent aux employés apparaît ainsi comme un des moyens de les fidéliser et de minimiser les problèmes de rétention.

Erwan Salmon, Directeur Général France chez RingCentral, conclut : “Les employés apprécient de travailler à distance mais restent également attachés aux échanges au bureau avec leurs collègues. La pertinence du modèle hybride se confirme donc, car il combine les attentes de flexibilité des employés et l’importance du présentiel pour la culture d’entreprise. 73 % des travailleurs hybrides pensent qu’ils ont besoin d’outils de communication flexibles pour interagir avec leurs collègues : RingCentral continue d’innover en ce sens, pour permettre aux employés de travailler en tout lieu, aussi simplement que possible. Enfin, l’étude souligne également la nécessité pour les entreprises de porter une attention particulière aux problématiques de fatigue des employés et de démissions silencieuses.”

Parmi les principaux résultats :

  • 6 salariés français sur 10 souhaitent avoir la possibilité de décider des jours où ils se rendent au bureau.
  • 52 % des travailleurs hybrides déclarent avoir un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée, ce qui est nettement supérieur aux 36 % des salariés en présentiel qui sont de cet avis.
  • Les travailleurs hybrides sont également plus susceptibles de se sentir productifs (37 % contre 27 % des salariés en présentiel).
  • Étonnamment, ils sont aussi plus susceptibles de se sentir bien connectés à leurs collègues (34 % contre 26 %).

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page