Yoyo

Après une année professionnelle à glandouiller dans une entreprise auprès d’un responsable qui, à la demande du patron, a accepté de me supporter, j’ai eu la chance de rencontrer le monde de l’assurance et n’en suis sorti que par la seule force des choses.

Présenté pour être archiviste, après une batterie de tests qui n’en finissaient pas, je suis embauché dans une Mutuelle au poste d’aide rédacteur.

Excusez du peu pour un jeune – moins de 19 ans – que l’on disait perdu ayant été rapidement mis hors circuit du cycle scolaire, obligé de passer, avec succès grâce aux matières générales, un CAP de dessinateur industriel dont il ne savait que faire tout comme mes anciens responsables ne savaient que faire de ma personne.

Mais, grâce à ce nouvel employeur j’ai pu réussi CAP d’assurances et avec un autre BP et BTS d’assurances, ESCP (Direction Marketing – Ressources humaines et Finances) pour finir avec le titre, et diplôme, d’Associé Risk-manager.

En parallèle, les échelons se gravissent à grands pas : Chef de service, Responsable de département et Directeur.

L’ascenseur social quoi, inespéré de nos jours et pourtant plus dure sera la chute réservée à ce genre d’acrobaties que les bonnes gens détestent : la peur du particularisme, mais c’est une autre histoire.

Tout au long de ce parcours, j’avais observé tant d’imbécilités, d’ordre débiles, de fantaisies hiérarchiques que je m’en suis fait une doctrine : faire confiance aux autres et tenter de travailler en les respectant.

Cela m’a amené à un autre mode de management, mais s’il est beaucoup étudié dans les cours des écoles de première classe, force est de constater qu’il est peu appliqué ; en effet, cela suppose une certaine humilité et considérer son niveau hiérarchique comme comportant plus de devoirs que d’honneurs, plus de responsabilités vis-à-vis de ses partenaires que l’utilisation d’un pouvoir divin pour abattre l’autre soi-disant rival dans une lutte que seules les élites pratiquent pour rester uniques : vive la compétition !

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Jean-Claude Barousse

Photographe autodidacte, sans renier son passé “argentique” il a immédiatement pris le “virage numérique” et s’exprime principalement au travers ses images de paysages naturels et urbains. Il publie des articles et tutos dans des revues photographiques notamment les éditions Oracom et pour le compte de RiskAssur. Réalise des chroniques dans un site forum “Photophiles.com” et aide les membres de son forum “PhotoClub” à progresser dans leur pratique photographique. A la demande, il expose ses photographies originales individuellement ou lors de manifestations collectives et donne des cours sur les prise de vue et le développement numérique. Est membre de diverses association d’artistes picturaux”

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.