Accueil / Politique / Vraie Peine

Vraie Peine

L’un a gagné, l’une a perdu. L’un va attendre une semaine avant de dévoiler son premier et, partant, les ministres de son gouvernement ; mais, auparavant, il aura communiqué aux foules en délire la liste de ses 577 partisans prêt à partir au front la fleur au fusil. Son mouvement va devenir parti.

L’une va digérer et sa défaite, anticipée, de n’être pas première de tous, elle qui est sans classe, et savourer la terrible percée de ses idées qui perdurent.

Aussi, espère-t-elle la transformation de la meilleure façon possible aux prochaines élections qui, à grand pas, arrivent.

Pendant ce temps, la droite un peu moins réactionnaire que son chef de fil va se reconstruire sur ces ruines qu’un a cru bon de réduire en cendres.

Y aura-t-il également changement de nom ?

C’est la grande question de ces deux challengers qui au lieu de vouloir investir l’espace aimeraient conserver pied sur terre de France. Mais, l’on se doute que ce sera la troisième étape d’une fusée dont on ne sait pas trop le résultat de son explosion.

Pendant ce temps-là, un quatrième larron, bien gênant aux entournures, que l’on qualifie d’extrême, devrait son chemin continuer.

Que va-t-il rafler avec, selon des sondages prédictifs, son crédit actuel de 15% ?

Va-t-il vraiment être considérer comme une première force de gauche devant un Ps agonisant mais fort des subsides accumulés au fils du temps ; ce parti sinistré va-t-il également modifier son patronyme afin de revêtir meilleur emballage ?

Comme le dit la nièce de la première perdante, le nom n’est qu’un outil, ce qui semblerait vouloir dire que n’importe quel contenu peut-être enfermé dans n’importe quel contenant et vice-versa.

Sûr et certain, que les rois du marketing de communication publicitaire politicienne vont avoir du pain sur la planche pour fournir des packs dignes de chacun.

Mais, pas sûr que le populo est suffisamment faim pour qu’ils arrivent à leur fin. J’ai vraiment de la peine pour ces marins pêcheurs, ouvriers, indépendants, artisans et commerçants qui ont pensé parier sur une jument perdante. Idiot est celui qui ne change pas d’avis…

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Jean-Claude Barousse

Photographe autodidacte, sans renier son passé “argentique” il a immédiatement pris le “virage numérique” et s’exprime principalement au travers ses images de paysages naturels et urbains. Il publie des articles et tutos dans des revues photographiques notamment les éditions Oracom et pour le compte de RiskAssur. Réalise des chroniques dans un site forum “Photophiles.com” et aide les membres de son forum “PhotoClub” à progresser dans leur pratique photographique. A la demande, il expose ses photographies originales individuellement ou lors de manifestations collectives et donne des cours sur les prise de vue et le développement numérique. Est membre de diverses association d’artistes picturaux”

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*