InfosRéflexions
A la Une

Un plan industriel d’EDF pour sauver la filière nucléaire française

Un mois et demi après le dépôt dévastateur de l’ancien PDG de Peugeot Citroën sur les dérives de la filière nucléaire française, Jean-Bernard Levy, président d’EDF, dont le mandat vient d’être renouvelé a présenté le plan destina à redresser une situation critique illustrée par la dérive du chantier du réacteur EPR de Flamanville dans la Manche, un échec pour EDF.

Le ministre de l’économie et des finances avait jugé que ces difficultés à répétition n’étaient pas acceptables et demande à la filière de se ressaisir très vite, notamment EDF et sa filiale Framatome qui en sont les chefs de file, il en va de notre souveraineté nucléaire avait-t-il souligné.

Baptisé « Excel » ce plan 2020-2021 répond point par point aux critiques du rapport demandé par le gouvernement, qui vise un retour au plus haut niveau de rigueur, de qualité et d’excellence, en bénéficiant d’un budget spécifique de 100 millions d’euros, annonce le PDG d’EDF.

Le plan sera piloté par un délégué général à la qualité industrielle et aux compétences, issu du monde de l’industrie, mais pas du secteur nucléaire, place sous l’autorité directe du PDG, il devra garantir les meilleures pratiques au sein de la filière.

Le choix des fournisseurs valorisera d’avantage les critères de qualité et ils seront mieux associés à l’élaboration des spécifications et à l’analyse de la constructibilité, alors que les déboires de Flamanville avaient commencé par la malfaçon dans le béton, puis des problèmes sont apparus dans la cuve où se produit la réaction nucléaire, pour se terminer au niveau des soudures.

Le secteur a aussi un vaste problème de renouvellement des compétences dont découlent, sans nulle doute, l’essentiel de ses difficultés.

Le PDG d’EDF est conscient que son redressement est un enjeu majeur, non seulement pour la filière nucléaire et pour EDF mais aussi pour la France, pour son indépendance énergétique et la lutte contre le réchauffement climatique.

Tags

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.

Fermer