Accueil / Bibliothèque / Les secrets du « j’en ai rien à f**tre » de Sylvie Tenenbaum chez Leduc. s

Les secrets du « j’en ai rien à f**tre » de Sylvie Tenenbaum chez Leduc. s

Leduc. s Éditions nous proposent, de Sylvie Tenenbaum, Les secrets du « j’en ai rien à f**tre » : Stop aux excuses : osez être enfin vous-même et vivez la vie que vous souhaitez.

Sylvie Tenenbaum est psychothérapeute depuis une trentaine d’années, certifiée en PNL, analyse transactionnelle et hypnose ericksonienne. Elle est l’auteure de nombreux ouvrages.

Qui n’a pas envie, par moments, voire souvent de dire mot de Cambrone « M**de » et d’en avoir rien à f**tre. Le problème, c’est que plus facile à imaginer qu’à mettre en pratique et que tout cela, à la longue, fini par être frustrant.

Dans cet ouvrage, Sylvie Tenenbaum nous explique que nous sommes encombrés de contraintes inutiles, de faux besoins, d’obligations familiales, sociales et professionnelles que nous avons intégrés comme « indispensables » sans nous en rendre compte.

L’auteure nous explique, comment, en 3 temps, nous sortir de cercle infernal.

Chapitre 1 : le temps de la réflexion. Indipensable de faire le point de sa vie tant personnelle, que professionnelle et de se poser les bonnes questions. Pour cela l’auteure, au-delà des explications, propose des listes à hiérarchiser.

Chapitre 2 : le temps des décisions. C’est phase complexe, où il faut passer au dela des « j’ai peur, je culpabilise, j’ai honte de… » et oui, c’est là qu’on se rend compte qu’il est plus simple d’imaginer « j’en ai rien à f**tre » que de le mettre en pratique ? ».

Chapitre 3 : le temps de l’action. C’est la mise en pratique.

Sylvie Tenenbaum ne pousse à dire « m*de » à tout le monde, elle nous propose des exercices où l’on va faire la part de ce qui est important et des contraintes que l’on s’est fixées.

Au-delà, dans cet ouvrage, l’auteure nous fait comprendre tout le monde n’est pas comme nous et qu’il faut accepter, oser être soi même, oser dire NON, mais aussi OUI.

Des conseils, des exercices à mettre en pratique aussi pour la vie privée que la vie professionnelle.

Un livre qui intéressera tout le monde et pour seulement 6 euros pourquoi s’en priver.

Pour vous procurer, Les secrets du « j’en ai rien à f**tre », cliquer ICI

5 questions à Sylvie Tenenbaum

  1. Nous sommes nombreux à avoir été éduqués avec la croyance que « être égoïste, c’est mal », or vous nous exhortez à n’en avoir rien à f**tre, donc à être égoïste finalement ? Expliquez-nous !

L’égoïsme, c’est s’occuper de soi. C’est un devoir vis-à-vis de soi. L’égoïsme n’est pas l’égocentrisme incapable d’empathie envers les autres, qui nous centre uniquement sur soi.

L’égoïsme est condamné : les enfants savent tôt qu’il faut se faire passer après les autres. Alors rien à f**tre d’être jugé égoïste : on n’a qu’une vie, ne la perdons pas pour celle des autres.

  1. Qu’est-ce qui, selon vous, nous pompe le plus d’énergie ? Et comment nettoyer les « encombrants » du quotidien ?

C’est d’agir contre notre identité profonde, notre authenticité. Nous sentir contraints de tenir compte du jugement des autres pour ne pas déplaire, être moins aimés.

Se montrer tel (le) que l’on est donne de l’énergie — dans la mesure où nous respectons les autres et leur accordons les mêmes droits. L’énergie se perd quand nous faisons comme tout le monde au prétexte que « c’est ce qui se fait ». Alors Rien à f**tre du conformisme !

  1. Une fois que l’on a identifié tout ce qui nous « bouffe » quels sont les premiers pas pour « oser » ?

Les premiers pas : une réflexion approfondie sur tout ce qui nous bouffe, tout ce qui nous empêche d’être vraiment nous-mêmes. Dans tous les domaines : il y a tellement d’obligations dont nous pourrions nous passer. Pour récupérer de l’énergie.

Nous n’osons pas être sincères avec notre entourage, craignons les jugements, avons peur de faire de la peine à des gens qui, tout bien considéré, nous ennuient, sont parfois toxiques, ou que nous n’aimons pas.

Quelle hypocrisie ! Après ces tris, une question : « Qu’est-ce que je décide ? » Puis c’est le temps de l’action. Rien à f**tre des inutiles salamalecs !

  1. Une étude récente (et en même temps récurrente) parle de la charge mentale des femmes, d’ailleurs elles sont bien plus nombreuses à faire des burn-out… En quoi en avoir « rien à f**tre » pourrait les en libérer ?

Si les femmes disaient qu’elles ne veulent plus des réunions à 18 heures ou 18 h 30 ! Si elles prenaient une vraie pause-repas pour déjeuner ! Si elles se regroupaient pour exiger une crèche sur leur lieu de travail ! Si les femmes partageaient l’intendance à la maison avec leur compagnon ! Si elles arrêtaient d’emporter du travail à finir le soir à la maison, ou en week-end ! Rien à f**tre : elles ne peuvent pas perdre leur vie à la gagner !

  1. Finalement, se débarrasser du poids des contraintes nous rendrait-il plus disponible et plus ouvert aux autres ?

Être bien dans sa peau, avoir une bonne estime de soi et de l’empathie, c’est être plus ouvert, tolérant, bienveillant avec les autres — ceux que l’on choisit.

Si je me sens bien avec moi-même, je sais trouver l’équilibre entre me respecter, me faire respecter et respecter les autres.

Lire la version de l’interview sur le blog QUOTIDIEN MALIN des éditions Leduc.s : https://www.quotidienmalin.com/jen-ai-rien-a-foutre/

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Je suis journaliste, mais aussi et peut-être surtout depuis quelques années, je suis un influenceur. Les internautes rejettent de plus en plus les publicités et recherchent de l’information au travers d’articles présentant de manière objective des produits ou des services. Aujourd’hui, tout le monde a le réflexe, avant d’acheter, de regarder ce que les internautes en disent. En tant qu’influenceur, je serais ravi de présenter vos produits ou services de manière objective et critique, mais positive pour rassurer les internautes qui hésitent avant de vous faire confiance. Je vous propose de publier les articles, que je peux écrire pour vous, soit sur RiskAssur, soit sur Notre-Siècle, en les recommandant à mes abonnés sur les principaux réseaux sociaux : LinkedIn, Viadeo, Tweeter, Google + et Facebook. Je suis à votre écoute pour répondre à vos besoins, vous pouvez me contactez à olivier@notre-siecle.com

Laisser un commentaire

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.