IdéesRéflexions
A la Une

Rien ne sera plus comme demain

Notre économie est bien fragile. Trop supportée par des petits commerces, des petits indépendants, des petits boulots à la semaine, la journée voire l’heure.

Une concurrence acharnée des gros qui ne rêvent que de casser le marché à leur seul profit.

Une volonté déterminée de ne pas voir ces petits jetés à la rue sauf ceux qui leur servent de prestataires limite ligne jaune permettant l’abus de richesses produite sur le des autres.

Et pour faire repartir la machine, il nous est demandé de dépenser les quelques milliards engrangés sur des comptes de fortune dont les livrets ne rapportent rien.

Un appel général est lancé pour recommencer à consommer sans compter.

Qui a dit qu’après ce ne serait plus comme avant ? En tout cas, il semble que maintenant fait durer l’hier fautif de tous nos maux pour continuer dans cette impasse nous faisant foncer tout droit dans le mur en face qui mérite implosion.

En attendant, les regroupements se refont.

5 clusters nouveaux identifiés mais, semble-t-il, nettement mieux gérés que précédemment.

Mais qui n’évite pas le transfert de la contagion.

Alors, continuez à faire attention si vous ne désirez pas un malencontreux retour en arrière qui vous ferait faire un mauvais pas en avant vers une fin prématurée.

Et les transports recommencent à porter en commun le bétail destiné au chagrin.

Les bêtes affamées continuent de se précipiter sans attendre la descente des déjà là qui ne veulent plus y être.

Circulez, circulez et travaillez pour relancer.

Mais en capitale vitale du Centre de la France nombril du Monde Terre, il est décidé d’activer l’écologie précaire.

Tout le monde en vélo, plus d’auto.

Obligation pour tous d’avoir la santé non perdue par le Covid, et tous en vélo ou à pied pour empêcher les pertes d’équilibre.

Il avait été dit quel masque était obligatoire dans les seules boîtes à circuler.

Or, sans masque, pas le droit de pénétrer en gare et certains commerces obligent le port sans distribution du fameux sésame.

Jean-Claude Barousse

Photographe autodidacte, sans renier son passé “argentique” il a immédiatement pris le “virage numérique” et s’exprime principalement au travers ses images de paysages naturels et urbains. Il publie des articles et tutos dans des revues photographiques notamment les éditions Oracom et pour le compte de RiskAssur. Réalise des chroniques dans un site forum “Photophiles.com” et aide les membres de son forum “PhotoClub” à progresser dans leur pratique photographique. A la demande, il expose ses photographies originales individuellement ou lors de manifestations collectives et donne des cours sur les prise de vue et le développement numérique. Est membre de diverses association d’artistes picturaux”

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.