Accueil / Réflexions / Retard de la PPE à cause de l’EPR

Retard de la PPE à cause de l’EPR

La PPE a pris du retard à cause des incertitudes qui pèsent sur la faisabilité économique de l’EPR.

La programmation pluriannuelle de l’énergie la PPE, cette feuille de route des pouvoirs publics sur la période 2018-2028, doit être présentée à la mi-novembre, après de multiples retards, nés de l’incertitude qui pèse sur la faisabilité économique des réacteurs nucléaire de 3ème génération, les EPR, le produit phare, la vitrine d’EDF.

La France, dont l’essentiel de la production d’électricité est d’origine nucléaire, a dû transiger avec les adversaires de cette énergie, pour des raisons politiques, en acceptant le principe d’une réduction, à terme, de la part du nucléaire dans le mix électrique de 75 % à 50 %, alors que sa part, en période de pointe, dépasse largement les 75 %.

Prévu par la loi de 2015 de la transition énergétique en 2025, cette échéance, après avoir été reportée au grand dam des écologistes sine die, a été fixée en 2035, sans engager personne.

Le vrai problème pour EDF est de maintenir en activité son parc nucléaire actuel, dont seul l’arrêt des deux réacteurs de la centrale alsacienne est maintenu et de remplacer des réacteurs qui arriveront en fin de course par des EPR, qui auront encore à faire leur preuve, notamment à l’occasion de la construction en cours des deux nouveaux EPR, commandés en Grande Bretagne.

EDF voulait faire de la construction du premier réacteur français, à Flamanville dans la Manche sa vitrine, ce qui est raté mais elle veut, malgré tout voire inscrit dans la politique énergétique de la France ses EPR, d’où des hésitations en haut lieu, qui explique le retard apporté à sa publication.

Deux intérêts s’opposent entre lesquels il est difficile de trancher à cause des incertitudes qui les entourent.

D’un côté il y a le poids du nucléaire, son encrage industriel et son rôle crucial dans l’approvisionnement en électricité du pays, avec cependant une dynamique qui va dans le sens du repli.

De l’autre côté, les acteurs du renouvelable qui scrutent l’élaboration de la PPE en voulant y voir inscrit une courbe dynamique de leurs moyens de production dans l’hexagone.

C’est entre les deux, faute de certitudes, que tous attendent un équilibre, sans rien sacrifier.

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.