Faits d'actualitéIdéesInfosRéflexions

Peut-on lutter contre les « Fake news » ?

De plus en plus de « Fake News », d’informations fausses envahissent internet et principalement les réseaux sociaux comme Facebook et bien d’autres.

Pendant très longtemps seul les journalistes « professionnels » pouvaient publier des informations. Il y avait beaucoup moins d’informations, elles étaient mieux contrôlées, mais cela n’éviter les « Fake News » soit par négligence, soit volontaires.

Il y a des « Fake News » amusantes, par exemple, le 24 mai 1920, le président Paul Deschanel doit inaugurer un monument près de Montbrison. Probablement pour être le premier, un journal distribué aux premières heures de la matinée, publie un article décrivant l’inauguration et la présence du président.

Or, sur le trajet en train de Paris à Montbrison, dans la nuit du 23 au 24 mai, Paul Deschanel tombe du train en marche, en pleine nuit. Il ne se blesse pas et il est recueilli par un garde barrière. Il ne sera pas présent pour l’inauguration.

Voilà une Fake News amusante et sans réelle conséquence.

Mais, aujourd’hui, avec la facilité de publier tout ce que l’on veut, sans aucun contrôle, puis pour la possibilité de retransmettre une information à l’infini, la probabilité de Fake News est surmultipliée.

L’information n’est plus du tout contrôlée, celles et ceux qui s’improvisent journaliste n’en ont ni les moyens, ne le temps de vérifier quoi que ce soit.

Pire, certains vont volontairement créer de toutes pièces des Fake News, dans quel but… allez savoir !

Résultat, parfois des Fake News semblent devenir de vraies informations, simplement par le nombre de fois où l’information est reprise. La présence massive d’une information sur internet la rend crédible, c’est là que les Fake News sont un réel danger.

Les Fake News peuvent concerner tous les domaines possibles et imaginables :

  • Le président machin trompe sa femme avec un homme, le président bidule cache une maladie cache une maladie mortelle,…
  • La chanteuse truc est un homme, l’acteur bof a eu un accident de voiture,…
  • Une épidémie de peste frappe tel pays

Plus c’est gros, plus l’information risque d’être reprise, au point parfois de même tromper des journalistes professionnels, qui recoupant une information avant de la publier se feront berner par l’omniprésence de l’information qu’il vérifie.

Car souvent les Fake News ne se contentent pas d’annoncer une information, elle donne nombre de détails, commente avec précision le sujet. Et certains qui la reprennent vont ajouter des détails supplémentaires, la rendant de plus en plus crédible. Au point de la faire paraître réelle durant un certain temps.

Peut-on lutter contre cela ?

Sauf à valider chaque contribution, de chaque internaute avant publication, il n’y a pas de solution, c’est impossible. Et puis, comment faire la différence entre une Fake News et une véritable information.

Dernièrement, on nous a annoncé que le président Bouteflika ne se représenterait pas pour un 5ème mandat, information reprise par tous les médias, sur tous les réseaux sociaux. Mais, est-ce la réalité ou une Fake News lancée au bon moment, lors du retour du président en Algérie.

Et si quelqu’un publiait « De source certaine, Donald Trump va annoncer sa démission de la Maison Blanche, après que sa femme a demandé le divorce ». Vrai ou fausse information ?

La limite est fine comme une lame de rasoir entre vraie et fausse information.

Tags

Olivier Kauf

Je suis journaliste, mais aussi et peut-être surtout depuis quelques années, je suis un influenceur. Les internautes rejettent de plus en plus les publicités et recherchent de l’information au travers d’articles présentant de manière objective des produits ou des services. Aujourd’hui, tout le monde a le réflexe, avant d’acheter, de regarder ce que les internautes en disent. En tant qu’influenceur, je serais ravi de présenter vos produits ou services de manière objective et critique, mais positive pour rassurer les internautes qui hésitent avant de vous faire confiance. Je vous propose de publier les articles, que je peux écrire pour vous, soit sur RiskAssur, soit sur Notre-Siècle, en les recommandant à mes abonnés sur les principaux réseaux sociaux : LinkedIn, Viadeo, Tweeter, Google + et Facebook. Je suis à votre écoute pour répondre à vos besoins, vous pouvez me contactez à olivier@notre-siecle.com

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.

Fermer