InfosRéflexions
A la Une

Long démantèlement de la centrale nucléaire de Fukushima

Sur les six réacteurs que comporte cette centrale nucléaire, gérée par Tepco, trois ont été touchés en mars 2011 par un tsunami, dont une, la n°3 a explosé.

Le gouvernement japonais vient de décider de différer, pour des raisons de sécurité du personnel employé à leur démentèlement, les étapes les plus délicates de quatre à cinq ans, notamment la récupération du combustible par laquelle il faut commencer.

Initialement prévu pour débuter en 2023, le retrait du combustible usé de la piscine de stockage du réacteur n°1 ne commencera pas avant 2027 ou 2028 et celui du réacteur 2 est aussi différé entre avril 2024 et mars 2026, ce sont des travaux prévus de durer 2 ans pour chacun des deux réacteurs, déjà en cours sir le réacteur 3.

Tepco qui gère le démentiellement s’est rendu compte, au fil du déroulement des travaux, que ceux-ci sont bien plus compliqués que prévu, du fait que le retrait du combustible de la piscine du réacteur 3 lui pose une succession de problèmes, selon les déclarations faites à la presse par l’un de ses porte-paroles.

Le procédé industriel mis en place est très complexe ce qui fait qu’il est difficile de faire des prévisions, alors que le plus important est la sécurité des travailleurs, a insisté le ministre japonais de l’industrie, à l’occasion d‘une conférence de presse.

Pour le moment, le gouvernement et Tepco pensent que le démentiellement prendra une quarantaine années, que nombre de spécialistes jugent très optimiste, compte tenu de l’état du site.

Les autorités japonaises ont diffusé des images de l’intérieur du bâtiment principal du réacteur 3, celui qui a explosé où aucune intervention humaine n’a été réalisée depuis plus de huit ans et qui se trouve dans un état catastrophique, pire que l’on puisse l’imaginer, avec des niveaux de radiations très élevées.

Il faut les laisser travailler jusqu’à l’assainissement du site, ce qui prendra le temps qu’il faut et le prix à payer, pour avoir sous-estimé le risque, qui était connu.

[amazon_link asins=’B081M1JTYP,B0767KN4C2,B0757RRB5D,B07C5TQT3Z,B07FGPBFYH,B07SHLPCT2,B07Z32XRNV,B07JLY79RR,B07QSBZT8D’ template=’ProductCarousel’ store=’notresiecle-21′ marketplace=’FR’ link_id=’a3558ead-5b69-4304-b313-f9eb5aacdf93′]

Judex

Judex est un juriste de la vielle école qui a fait sienne la maxime du professeur Léon Mazeaud, son président de thèse de doctorat , "Que le droit ne s’apprend pas mais se comprend "  en ajoutant " à la condition d’avoir, si possible, l’intelligence du droit "

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour Notre-Siècle.