Accueil / Idées / Les spécialistes du marketing font fausse route

Les spécialistes du marketing font fausse route

pub0804Je suis comme tout le monde, je n’aime pas vraiment la publicité, dans les magazines les publicités en pleine page ou pire en double page, je zappe sans même les regarder, dans mon courrier « papier » je les jette sans prendre la peine d’ouvrir les enveloppes, idem pour les courriers « mails » quand à la prospection par téléphone, je raccroche sans plus !

Reste la publicité à la télé, même en regardant des chaînes payantes, telle que Canal +, elle est inévitable.

Comme nombre de téléspectateurs, lors des tunnels de publicités, je me lève pour vaquer à mes occupations en attendant que ça se termine.

Mais, il m’arrive de les regarder, un peu par curiosité, pour essayer de comprendre à qui elles s’adressent.

Très clairement, certaines sont ciblées vers les seniors, lorsqu’elles vantent les mérites d’un nouvel appareil auditif ou vers les enfants lorsqu’elles mettent en avant des confiseries qu’ils devraient éviter de consommer.

Et puis, il y a des publicités qui s’adressent à tous les adultes mais j’ai l’impression que les professionnels qui pensent communication commerciale ont une vision beaucoup trop étroite de leur clientèle.

J’ai principalement observé les publicités des banques et des assureurs.

Les personnages dans ces publicités ont une trentaine d’années, donc seul ceux de cette d’âge peuvent s’y reconnaître.

Tout est accès vers la communication électronique, le numérique, encore une fois seule les jeunes adultes peuvent s’y reconnaître.

Une publicité d’un assureur, construite autour d’un format dessin animé, tourne en dérision l’enseignement du passé, donc toute la génération des Babyboomers et avant qui a connu cette forme d’enseignement : dehors, vous n’êtes plus dans le coup.

Des publicités de banques qui montrent de jeunes couples avec des enfants, les plus vieux dehors… sans intérêt.

Je pourrais comme cela citer moult exemples.

Et bien je crois, mesdames et messieurs les spécialistes du marketing que vous faites fausse route.

Sauf à leur proposer des conventions obsèques, des sonotones ou de la colle pour dentier, vous oublier un peu rapidement que les seniors sont des consommateurs, qui ont (peut-être) davantage de moyens que les plus jeunes.

Or, un senior peut parfaitement changer de banque, mais comment peut-il se projeter dans des publicités mettant en avant des jeunes ?

Un senior peut également changer d’assureur, sauf si vous vous moquez de l’école qu’il a connue et si le seul moyen d’utiliser les services mis en avant passe par internet (même si un pourcentage important de seniors utilise internet, nombre ne sont pas passés au numérique et de toute manière la plupart ont une réticence face aux nouvelles technologies).

Il est dommage d’être aussi limitatif dans toutes ces publicités, de se couper d’une frange importante de consommateurs solvables.

Communiquer vers les jeunes qui sont l’avenir, c’est bien, mais communiquer vers les seniors qui sont – encore – le présent ça serait un plus pour vos publicités !

Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux

À propos Olivier Kauf

Je me rends compte que j’arrive très facilement à parler de n’importe quel sujet, la page blanche ne me fait pas peur. L’écriture est quelque chose de passionnant, une fois le sujet trouvé et délimité, je laisse courir mes doigts sur le clavier et les idées s’enchaînent, mais parler de moi c’est difficile. Depuis plus de 30 ans, j’ai toujours été indépendant. Ainsi, au fil des décennies, j’ai rempli de nombreuses missions : enseignement, conseil stratégique, gestion de crises, organisation, conseil en organisation informatique (et développement de logiciel), coaching de groupe et individuel. Puis, au début des années 1990, sans laisser tomber mes missions de conseil, j’ai participé à la conception et à l’animation du magazine professionnel RiskAssur (site du magazine : https ://www.riskAssur-hebdo.com). Je suis au sein de RiskAssur à la fois Directeur de la Publication et en charge du développement. Enfin, depuis le début de 2015, je suis le Rédacteur en Chef de Notre-Siècle (http ://notre-siecle.com), le site sur lequel vous vous trouvez actuellement.

Laisser un commentaire

Booking.com